• burundidaily

En plein naufrage, l’UPRONA tente de se fondre dans le CNDD-FDD


En plein naufrage, l’UPRONA tente de se fondre dans le CNDD-FDD

Ca y est. L’illégal 3ème mandat présidentiel de Pierre Nkurunziza a donné son coup de grâce à l’UPRONA, parti historique auquel les Burundais doivent leur indépendance en 1962.


A une semaine du début de la campagne pour le scrutin du 20 mai 2020, ce parti du Prince Louis Rwagasore n’est plus que l’ombre de lui-même.


La poignée de militants qui lui restent encore, à commencer par ses leaders autoproclamés, se laissent volontiers happer par le parti présidentiel qui, à forcer d’opprimer le peuple, a le vent en poupe.


En mal d’idéologie, le parti UPRONA qui, il y a une vingtaine d’année se prévalait porte-voix de la minorité tutsi, se fond et se confond avec le CNDD-FDD, un parti issu d’un mouvement rebelle du même nom et qui a dans son placard des milliers d’âmes tutsies englouties.


L’UPRONA a vécu


Ses sorties médiatiques saccadées sont de l’ordre du burlesque. Les agissements des uns et des autres sont en effet d’un comique extravagant.


Mais à l’instar des autres organisations, la déconstruction de l’UPRONA est une œuvre du régime CNDD-FDD.


Pas plus tard que ce week-end, des dizaines de présumés militants de l’UPRONA ont eu droit à un grand reportage de la RTNB dans une réunion au cours de la quelle ils ont ouvertement appelé les militants de l’UPRONA à voter pour le général major Evariste Ndayishimiye, candidat du parti au pouvoir, CNDD-FDD.


Dans l’immédiat, le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, s’est fendu d’un tweet pour féliciter Ndayishimiye pour ces voix acquis d’avance.


«Nous félicitons Evariste Ndayishimiye, candidat à la présidentielle du CNDD-FDD, pour avoir bénéficié du soutien de certains brebis égarés de l’UPRONA », a-t-il déclaré. Tout laisse entendre que son soutien au même candidat est aussi assuré. Entre Gaston Sindimwo et ses «brebis égarées », le futur président burundais aura du mal à choisir son camp.


Ce dimanche, le Président de l’UPRONA, Abel Gashatsi, n’a eu que 45 seconde sur la radio d’Etat, RTNB, pour dégainer ses joutes injurieuses à l’endroit de cette «bande de brebis égarées » qui, la veille avaient retiré leur confiance à Gaston Sindimwo, candidat de l’UPRONA à l’élection présidentielle du 20 mai.


Sindimwo et son équipe sont accusés de détournement des fonds du parti. Au moins 7 milliards de Francs burundais.

Coulé par les siens, le parti UPRONA est quasiment déjà relégué aux oubliettes de l’histoire.