• burundidaily

Exit la lune de miel entre l’UPRONA et le CNDD-FDD : La CVR bat tout en brèche



Le dernier rapport de la Commission Vérité/Réconciliation sur les fosses communes recelant des restes des présumés hutus tués en 1972 met en terme à l’amour fou qui lie l’UPRONA et le CNDD-FDD depuis des lustres.


Son rapport pointe du doigt le parti UPRONA comme étant le noyau de conception et d’exécution de ce plan «macabre ».


A la vue de ces conclusions, Gaston Sindimwo, premier vice-Président du Burundi et président du comité d’orientation de l’Uprona (organe dirigeant de ce parti) est sorti de ses gonds pour réfuter ces accusations.


L’UPRONA est au rang des victimes et non des bourreaux dans cette crise de 1972, a-t-il confiée à la presse locale.


«En ce qui concerne les événements tragiques de 1972, l’Uprona fait partie des premières victimes car il a perdu beaucoup de ses membres lors de ces événements sanglants dans ce cas, comment peut-il être à la tête de l’organisation des massacres destinés à exterminer ses propres militants», s’interroge-t-il.


« Il s’agit d’un montage grotesque, fait de toutes pièces pour ternir l’image de l’Uprona et réveiller les vieux démons du passé, quand cette crise de 1972 éclate, elle emporte la vie des Hutus comme des Tutsi. Il ne faut pas se voiler la face, la CVR n’est pas impartiale ».


Selon le premier vice-président de la République, la CVR bat campagne pour le CNDD-FDD.


«A l’Uprona, nous nous demandons pourquoi la CVR profite de cette période pré-électorale pour présenter certains protagonistes comme des victimes et les autres comme des bourreaux. L’objectif est de sortir la carte ethnique pour attirer l’électorat».


Il y voit simplement des spéculations politiques et la CVR est en passe d’être instrumentalisée dans ce sens. «C’est très regrettable car cette commission doit travailler pour réconcilier le peuple burundais et non le diviser ».