• burundidaily

Gitega ravale ses opposants en exil au rang de simples réfugiés



A moins de deux mois des élections générales au Burundi, les autorités burundaises viennent de réduire les grosses pointures de l’opposition radicale en exil au rang des simples réfugiés que doit suivre ou assister l’agence onusienne des réfugiés, UNHCR.


« Ces hommes politiques qui ont fui le pays, doivent se faire enregistrer auprès du HCR afin qu’ils rentrent ensemble avec d’autres réfugiés », a déclaré Jean Claude Karerwa, porte-parole du président burundais, Pierre Nkurunziza.


« Ils devraient être reconnus par le HCR comme tous les réfugiés pour être rapatriés », a-t-il ajouté.


Quoi que laconiques, les propos du porte-voix du président burundais ne sont pas moins assassins.


Sans en avoir l’air, il fait en effet capoter le projet des frondeurs du CNDD-FDD qui, en 2015, ont pris leur courage à deux mains pour dire niet à Pierre Nkurunziza dans son dans son diabolique élan vers un 3ème mandat illégal.


Il s’agit principalement de l’ancien président du parti au pouvoir, CNDD-FDD, Jérémie Ngendakumana et ses compagnons d’infortune. Depuis mi-février dernier, il est bloqué à Kampala alors qu’il tentait de rentrer dans son pays, le Burundi. L’ambassade du Burundi à Kampala leur a refusé des visas pour rentrer.


« Le refus d’octroi des documents de voyage pour Jérémie Ndikumana, ancien président du parti Cndd-Fdd et ses compagnons par l’ambassade du Burundi à Kampala n’a aucun rapport avec le contexte électoral actuel ». « La participation aux élections est un droit pour tout citoyen », a déclaré Jean Claude Karerwa.


L’ambassadrice du Burundi en Ouganda, Épiphanie Kabushemeye-Ntamwana leur a signifié via une petite note affichée à l’entrée de l’ambassade du Burundi à Kampala qu’ils n’ont pas accès dans les locaux de cette ambassade. Ils étaient au nombre de six à vouloir regagner Bujumbura pour participer au prochain processus électoral.


D’autres frondeurs bloqués à Kampala sont Pamphile Muderega, ancien secrétaire permanent du Comité National de Coordination des Aides, Melchior Simbaruhije et Dismas Nduwayo respectivement ancien porte-parole et conseiller de l’ancien 2ème vice-président de la République Gervais Rufyikiri, Vincent Gahungu, ancien député du CNDD-FDD et Dénis Hakizimana, ancien conseiller de l’ancien président de l’Assemblée Nationale Pie Ntavyohanyuma. Leur rêve doit avoir été brisé.