• burundidaily

Kazihise et sa CENI: Les manipulateurs d'élections les plus incompétents de toute l'Afrique!


Pierre-Claver Kazihise, président de la commission électorale au Burundi

Dans toute l'Afrique, ces commissions électorales portent le label trompeusement choisi d'indépendant.

Mais comme l'expérience l'a clairement démontré, elles sont tout sauf indépendantes.


Au Burundi, deux élections ont été si clairement manipulées qu'il serait difficile de prétendre le contraire. La plus manifestement manipulée est celle de 2015. Une coalition d'indépendants dirigée par Agathon Rwasa, s'est vue octroyée des sièges à l'Assemblée nationale par Pierre Claver Ndayicariye, alors chef de la CENI.


Contrairement à Kazihise, Ndayicariye a fait un travail remarquable dans sa manipulation des résultats: les résultats qu'il avait publiés étaient arthimétiquement cohérents.


En 2020, la CENI sous la direction de Pierre Claver Kazihise a officiellement présenté ses résultats devant des diplomates étrangers, des médias et des hauts fonctionnaires de l'État, où il a déclaré le vainqueur Evariste Ndayishimiye. Ces résultats qu'il a présentés, une fois soumis à l'examen le plus simple, ont révèlent des trous éblouissants.


Face au ridicule lancé sur l'amateurisme de la CENI et ses chiffres incohérents, Kazihise et sa CENI ont décidé de retirer les résultats déjà présentés "officiellement" et promettent de fabriquer de nouveaux résultats "qui seront probablement plus précis".


Cependant les chiffres republiés n'échappent pas à la dérision pour leur incohérence.


L'incohérence la plus flagrante concerne le taux de participation. Ce taux indique le nombre de personnes qui sont venues voter par rapport au nombre de personnes qui se sont inscrites pour voter.



Le scrutin du 20 mai était tripple. Si une personne se présente pour voter, elle se présente pour les trois élections (présidentielle, législative et communales). Pourtant, les résultats affichent- et cela dans plusieurs provinces- un taux de participation aux élections présidentielles différent du taux de participation aux élections législatives.


Peut-être que la CENI va retirer encore une fois ces résultats fraîchement republiés pour confectionner de nouveaux chiffres.