• burundidaily

L'Olucome lance un appel pour barrer la route au COVID-19



L’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (OLUCOME) demande à l’Etat burundais et à ses partenaires de se grouiller pour barrer la route au COVID-19 avant qu’il ne soit tard.


«Le gouvernement burundais et ses citoyens, en collaboration avec tous ses partenaires locaux et étrangers, doivent, chacun en ce qui le concerne, tout mettre en œuvre rapidement afin de freiner la propagation de l'ennemi invisible Covid-19», a déclaré Gabriel Rufyiri, Président de l’OLUCOME.


De façon concrète, l’OLUCOME l'Olucome propose aux uns et aux autres de « prendre des mesures drastiques, notamment le suivi, par les médecins, de l'état de santé des personnes déjà contaminées et l’identification des personnes avec qui les malades avérés ont été en contact à des fins de dépistage et confinement ».


Cette organisation anti-corruption demande, en outre, la suspension de la tenue des assemblées de plus de 5 personnes, la réduction des consommations non indispensables dans le budget général de l'Etat, et la prise en charge totale des personnes confinées.


D’après Gabriel Rufyiri, les âmes charitables, au Burundi à l’étranger, devaient « constituer de leur gré un fonds qui aidera les Burundais vulnérables à ne pas succomber à la misère ».


Les deux premiers cas de Covid-19 ont été officiellement déclarés au Burundi mardi. Jeudi, le ministre burundais de la santé publique et de la lutte contre le sida a annoncé un 3ème cas testé positif.

Dans un Communiqué de presse publié jeudi, le porte-parole et secrétaire général du gouvernement burundais, Prosper Ntahorwamiye, a déclaré que la situation est sous contrôle.


Un temps préservé par la pandémie de coronavirus, le continent africain est désormais touché par la propagation du Covid-19. Seuls cinq pays à savoir le Lesotho, le Malawi, les Comores, Sao Tomé-et-Principe et le Soudan du Sud sont encore officiellement épargnés.