• burundidaily

La Chine éclipse l'Union européenne et l'Occident au Burundi



Lors des cérémonies d'inauguration de la Maison de Ntare Rushashatsi, le nouveau palais présidentiel du Burundi, le président Pierre Nkurunziza a dédié le somptueux nouveau bâtiment à Ntare Rushatsi Cambarantama, le premier roi du Burundi, et a salué la `` contribution du roi en tant que père de la nation ''.


Mais le roi, qui a régné de 1680 à 1709, n'est pas le seul à être remercié. Le nouveau palais a été construit et financé par la Chine, dans le cadre de sa vaste coopération avec le Burundi. Lors de la cérémonie d'inauguration, le président Nkurunziza s'est déclaré fier de ce partenariat «privilégié et crédible».


Ce partenariat est vaste et multiforme. Par exemple, la construction du palais présidentiel a suivi la construction et l'équipement d'un collège de formation des enseignants et d'une école technique professionnelle. L'Institut Confucius, créé à l'Université du Burundi en 2012, diffuse la langue et la culture chinoises dans le pays.


La présence chinoise au Burundi est visible dans le commerce et les infrastructures ainsi que dans l'éducation et les services sociaux. Des fonds chinois ont construit des routes à travers le pays et une centrale hydroélectrique Ruzibazi (de 15 mégawatts) dans la province de Rumonge. Dans le domaine de la santé, les médecins chinois sont une présence notable dans les hôpitaux des provinces de Bujumbura Mairie, Gitega et Bubanza.


La Chine coopère avec le Burundi depuis les années 60, mais a considérablement augmenté son aide depuis 2015. Avec un soutien diplomatique aux Nations Unies et un soutien financier et technique sur le terrain au Burundi, la Chine a cherché à déplacer l'Union européenne en tant que principal allié du Burundi.


Jusqu'en 2015, l'Union européenne était le principal partenaire technique et financier du Burundi, finançant 52% du budget du pays. Le financement s'effectuait dans le cadre de l'Accord de Cotonou, qui oblige le Burundi à adhérer à des principes tels que le respect des droits de l'homme et la bonne gouvernance.


La relation a changé après que le parti au pouvoir a choisi Pierre Nkurunziza comme candidat à la présidentielle en avril 2015. L'UE a constaté que certaines politiques du parti n'étaient pas conformes à l'accord et a pris des résolutions contre le Burundi. L'UE a également commencé à geler son financement du Burundi.


En réponse, le parti au pouvoir au Burundi a organisé des manifestations dans les rues de Bujumbura, la plus grande ville du Burundi, pour protester contre les actions de l’UE. Le Burundi a également sollicité le soutien de la Chine et de la Russie, qui ont utilisé leur droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies pour contrer les initiatives de l'UE.


En outre, en juin 2019, lors du sommet Chine-Afrique, le président chinois Xi Jinping a promis de financer le plan de développement sur 10 ans (2018-2027) du Burundi avec 20 000 milliards de francs burundais (environ 9,5 milliards d'euros). Joseph Butore, vice-président du Burundi qui dirigeait la délégation burundaise, a exprimé sa gratitude pour l'aide chinoise.


Les liens économiques entre les deux pays continuent de se renforcer. Par exemple, la Chine achète près de 90% des exportations de terres rares du Burundi et utilise ces métaux précieux pour fabriquer des téléphones portables et de nombreux autres appareils électroniques.


Le partenariat économique profite aux deux parties, d'autant plus que certains des métaux des terres rares se raréfient. Alors que la présence de la Chine au Burundi devient de plus en plus visible, ce pays d’Afrique de l’Est semble se tourner de plus en plus vers la Chine comme principal partenaire financier, économique et diplomatique.