• burundidaily

La haine a un visage: Fabien Ndikumana, membre du CNDD-FDD menace de décapiter les opposants


Fabien Ndikumana. Il menace de décapiter les opposants du CNDD-FDD

L'audio de ses menaces est terrifiant. Ses menaces sont livrées d'une voix très assurée. Une voix d'un homme qui sait qu'il a le poids du pouvoir du système derrière lui. Un homme qui sait qu'il peut menacer, intimider et menacer en toute impunité. Les propos de Fabien Ndikumana sont effrayants pour ceux qui connaissent la violence qui afflige le Burundi depuis son indépendance, surtout son aspect ethnique. Ses menaces sont tellement graphiques! Il affirme que les opposants, si jamais ils refusaient de reconnaître les résultats des élections ou s'ils manifestent contre les résultats des élections, ils seront décapités comme des animaux dans l'abattoir. Il n'est pas seul à produires des audios menaçants. Les audios des sympathisants zélés et des membres du CNDD-FDD circulent tout le temps sur les réseaux sociaux. Ils menacent généralement l'opposition et les membres de la minorité ethnique tutsie. Cependant, la police, le pouvoir judiciaire et les autorités semblent n'avoir d'yeux que pour les personnalités de l'opposition qu'ils emprisonnent en les accusant de «discours violents». Un exemple est celui de Cathy Kezimana qui a été emprisonnée après avoir prononcé un discours politique lors de sa campagne pour les élections législatives au cours duquel elle a accusé le parti au pouvoir de tuer, exiler et malmener les membres de l'opposition. Elle a également accusé les autorités locales, y compris l'administrateur communal, d'incompétence. La police l'accuse, selon ses proches, d’incitation à l’insurrection et d’avoir insulté l’administrateur de la commune de Mugongomanga.