• burundidaily

Les agences humanitaires recherchent 290 millions de dollars pour soutenir les réfugiés burundais


Les agences humanitaires recherchent 290 millions de dollars pour soutenir les réfugiés burundais

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, ainsi que ses 36 partenaires humanitaires et de développement, ont lancé aujourd'hui un appel de fonds de 290 millions de dollars pour aider plus de 300 000 réfugiés du Burundi dans les pays voisins.


Alors que la crise des réfugiés burundais approche de sa sixième année, quelque 367 000 réfugiés burundais sont généreusement accueillis par la Tanzanie (168 000), le Rwanda (73 000), l'Ouganda (48 000) et la République démocratique du Congo (47 000).


Le plan régional de réponse des réfugiés du Burundi vise à fournir un soutien essentiel en 2020 à quelque 352 000 réfugiés qui ont besoin d'un abri, de soins de santé et d'une scolarité.


«La situation au Burundi reste complexe. Bien que la sécurité générale se soit améliorée, d'importantes préoccupations en matière de droits de l'homme persistent », a déclaré Clementine Nkweta Salami, directrice du HCR pour le Bureau régional pour l'Est et la Corne de l'Afrique. «Des centaines de demandeurs d’asile burundais continuent d’arriver dans la région chaque mois.»


Même si certains réfugiés choisissent de rentrer chez eux, le HCR et ses partenaires ne font pas la promotion du retour des réfugiés au Burundi à ce stade. Il travaille avec les gouvernements de la région pour aider ceux qui indiquent avoir fait un choix libre et éclairé à rentrer volontairement. La majorité des réfugiés burundais auront encore besoin d'une protection internationale pendant un certain temps.


Le plan d'intervention régional pour les réfugiés au Burundi 2020 met l'accent sur l'inclusion des réfugiés dans les systèmes nationaux et la prestation de services intégrés avec les communautés d'accueil. Il recherche également l'autosuffisance et la possibilité pour les réfugiés de contribuer à leur pays d'accueil.


En 2019, la situation au Burundi est restée l'un des programmes de réfugiés les moins financés au monde avec un déficit de financement de 72% sur les 293 millions de dollars nécessaires. Les conséquences ont été vivement ressenties dans tous les secteurs, notamment le logement, la santé et l'éducation.