• burundidaily

Mai 2020: Ça passera ou ça cassera, dixit Agathon Rwasa


Agathon Rwasa, leader du CNL et ancien leader rebel des FNL-PALIPEHUTU

Pour les jeunes militants du Congrès national pour la liberté, CNL, impunément canardés depuis des mois par les Imbonerakure du parti au pouvoir (CNDD-FDD), le temps de se laisser mortellement agresser a vécu.


L’heure est à la riposte, leur boss Agathon Rwasa le leur a, enfin, permis après des mois d’atermoiements.


« Nous demandons à nos militants de ne plus se laisser agresser par qui que ce soit sans jamais se défendre», a énergiquement lâché le principal opposant burundais dans un de ses derniers meetings.


C’est la première fois que le président du CNL appelle ses militants à réagir face au rouleau compresseur du CNDD-FDD fait des Imbonerakure, des policiers hyper zélés et d’autres administratifs à la base.

L’heure est grave.


Son discours a mis la puce à l’oreille du CNDD-FDD qui n’est pas sans connaitre la capacité de nuisance d’Agathon Rwasa.


C’est ainsi que le porte-parole de la police burundaise a immédiatement mis en garde le parti CNL, Congrès national pour la liberté, d’Agathon Rwasa, arguant que le discours de son leader frise le terrorisme.


« Agathon Rwasa a lancé ouvertement, à travers son discours, un message incitant à la violence, appelant ses militants de ne plus croiser les bras lorsqu’ils sont agressés par les militants du parti au pouvoir », a déclaré Pierre Nkurikiye aux médias locaux.


« Nous déplorons le langage du candidat présidentiel de cette formation politique qui incite à la violence », a-t-il ajouté.


Pour illustrer le dérapage présumé du leader rebelle Agathon Rwasa, Pierre Nkurikiye a évoqué de récents accrochages entre les militants du CNDD-FDD (au pouvoir) et du CNL d’Agathon Rwasa, notamment à Gitega et à Ngozi.


Si la campagne électorale pour les trois premiers scrutins du 20 mai se passe encore sans aucun incident majeur, tout semble indique que la date fatidique du 20 mai réserve aux Burundais et à la communauté internationale d’énormes surprises.


Tout se jouera en effet autour de l’élection présidentielle et les militants du CNL ont juré de ne pas lâcher le morceau. Pour eux, ça passera ou ça cassera.