• burundidaily

Mai 2020 : Agathon Rwasa a le vent en poupe, au grand dam du Général, dauphin de Pierre Nkurunziza


Agathon Rwasa, président du parti CNL et candidat aux présidentielles de mai 2020. Ici avec son épouse.

Au Burundi, la campagne électorale bat son plein depuis déjà trois jours.


Les différents candidats aux trois scrutins annoncés (présidentielle, législatives ainsi que les élections des conseillers communaux) rivalisent d’ardeur et de stratagèmes pour convaincre les indécis.


Mais un premier constat aussi surprenant que prometteur se dégage : l’opposant Agathon Rwasa, leader du CNL, a le vent en poupe et pourrait damer le pion au général Evariste Ndayishimiye, candidat du parti au pouvoir et dauphin du président sortant, Pierre Nkurunziza.


Malgré la machine répressive mise en branle par le régime CNDD-FDD, Agathon Rwasa mobilise des foules à la vue imprenable.


L’affluence et les scènes de liesse qui marquent ses meetings dégagent un réel sentiment d’attachement. De conviction viscérale.


Ses innombrables fans et militants assument au grand jour leur choix, à leurs risques et périls alors qu’il y a des milliers de partisans supposés du général Evariste Ndayishimiye, quelle que soit leur position institutionnelle ou sociale, qui le suivent à leur cœur défendant, par peur du qu’en-dira-t-on.


Ainsi, vu le contexte politico-sécuritaire dans lequel se déroule cette campagne électorale, vu les actes de répression, assassinats enlèvement ou emprisonnement des pro-Rwasa, point n’est besoin de recourir à la voyance ou à une boule de cristal pour prédire la victoire de l’honorable Agathon Rwasa lors de l’élection présidentielle du 20 mai prochain.


Certes, la CENI bourrée de militants du CNDD-FDD va manipuler les chiffres (si ce n’est déjà fait) et publier un score brejnévien en faveur du général, mais le véritable résultat du vote sera sans nul doute en faveur du leader du CNL.


Et pour cause : une bonne frange de militants qui prennent part aux meetings du CNDD-FDD le fait, moins par conviction, que par force ou intérêt.


Bien plus, la campagne du CNDD-FDD se fait avec les moyens de l’Etat ou avec ceux illicitement amassés au cours des quinze dernières années alors que le CNL, qui doit se saigner, pour l’organiser réussit à mobiliser des foules.


Agathon Rwasa draine des foules insoupçonnées et tous les militants qui sont derrière lui dans ses différents meetings voteront pour lui, à coup sûr alors que nul ne peut en dire autant pour le général Evariste Ndayishimiye.


Il sied de rappeler aussi que le discours de campagne du CNL repose sur des réponses aux préoccupations des populations, alors que celui du Cndd-Fdd reste étonnamment vague et abstrait ; s’il ne repose pas sur une publicité personnelle du candidat, une manipulation religieuse et des éloges mensongers à l’endroit du président sortant dont la popularité s’amenuise comme une peau de chagrin.


Mais le régime CNDD-FDD ne lésine pas sur les moyens pour lui mettre les bâtons dans les roues.


Le cocktail policiers-militaires-Imbonerakure-responsables administratifs à la base s’efforce en effet à faire capoter les meetings du CNL à coups de barrages routiers et autres persécutions tout en protégeant et encourageant ceux qui vont assister aux réunions du parti présidentiel.


L’opinion n’est pas dupe : Agathon Rwasa est l’homme de la situation. La CENI s'abstenir de dire le contraire quand les votes auront été comptabilisés.