• burundidaily

Mains basses sur l’or national : Les autorités burundaises font de la BRB l’unique point de vente


Or du Burundi

Dans leur incivique élan d’accaparement du bien commun, le régime CNDD-FDD n’y va pas du dos de la cuillère. Les autorités prendront tout, hic at nunc. La canalisation des mines d’or vers la Banque centrale, BRB, illustre à souhait lustrer leurs appétits gloutons. Car désormais, c’est à la BRB que les orpailleurs, notamment artisanaux, vendront dorénavant leur moisson. C’est du moins ce qu’a récemment déclaré Côme Manirakiza, Ministre burundais de l’Energie et des Mines.


« Tous les orpailleurs artisanaux à vendre toute la production à la Banque de la République du Burundi (BRR) et sans exception aucune », a-t-il ordonné lors d’une réunion avec les orpailleurs réunis en coopératives minières et des représentants de la Société Africa Mining Burundi (AMB) organisée à Gahararo en commune Butihinda de la province Muyinga.


Dans ce secteur, les orpailleurs artisanaux s’attellent en effet à l’exploitation des mines d’or, aux côtés de la société AMB dans le périmètre de Masaka et ses alentours.


La mise en garde ministérielle a le mérite d’être clair. « Quiconque cherchera à passer à côté de cette mesure pour vendre l'or en dehors du pays sera pris pour un ennemi de la nation et sera combattu avec la dernière énergie », a-t-il martelé avant d’ajouter que "l'or comme les autres minerais reste la propriété de l'Etat".


Pour pister l’un ou l’autre qui daignerait outrepasser cette consigne nationale, le Ministre burundais de l’Energie et des mines a apostrophé les jeunes Imbonerakure à mots couverts, cela va sans dire :

« Nous demandons à la population de jouer le policier et dénoncer sans faux fuyants les éventuels tricheurs ».


En canalisant tout l’or national vers la Banque centrale, d’aucuns estiment que les autorités sont mues, non par l’intérêt collectif, mais par leur atavique obsession de s’en faire plein les poches.

Les orpailleurs artisanaux en sont aussi convaincus.