• burundidaily

Pierre Claver Ndayicariye se hâte pour raviver la colère des hutus

Depuis quelques mois, l’Ambassadeur Pierre Claver Ndayicariye, Président de la Commission nationale Vérité et Réconciliation remue monts et vallées pour déterrer les restes des victimes de la crise de 1972 dont les hutus se disent avoir été massivement victimes.

Il redouble d’ardeur au fur et à mesure que le Burundi s’approche des élections générales de 2020.

Plus que président de la CVR, Ndayicariye se fait le chargé de Communication de cette structure nationale qui a pourtant la mission d’apaiser les tensions et de mener les Burundais au bon port de la réconciliation.

«Ruvubu /Fosses communes de 1972: Les faits sont têtus. Ici crânes de victimes jetées dans les fosses communes sur la Ruvubu (Shombo-Karusi-Burundi). Un élan de paix et d'unité nationale passera par la vérité sur la tragédie de 1972. Qui a fait quoi? Pourquoi? Beaucoup de questions», a –t-il déclaré sur son compte twitter.

»Pierre Claver Ndayicariye twitte plus que le Président Américain Donald Trump. 34713 victimes déjà recensées dans les charniers de la Ruvubu.

Comme pour alerter la communauté internationale sur le drame des siens, Pierre Claver Ndayicariye a invité les diplomates à se rendre sur le site de Ruvubu vendredi le 7 février 2020. « Une visite des Ambassadeurs accrédités au Burundi et Représentants des Organisations Régionales et Internationales est programmée ce vendredi au chantier de la Ruvubu en commune Shombo de la province Karuzi où la CVR supervise l’excavation des fosses communes de 19723». Lui-même ancien diplomate, Pierre Claver ne déculotte jamais sa pensée pour les candides qui ont du mal à y voir clair.

Mais Philippe Ngendakumana, ancien journaliste à IWACU, puis Ikiriho en suspension lui coupe l’herbe sous les pieds et dit tout d’un seul tweet. «On attend avec impatience que le mot tant attendu de GENOCIDE soit prononcé. Qu'on nous présente un calendrier pour l'approbation au Parlement. On retient le souffle», a-t-il dit en cassant l’omerta hutue.