• burundidaily

Pierre Claver Ndayicariye zoome la tragédie de 1972 pour réveiller les démons de l’ethnisme

La grande histoire nous dira pour qui roule réellement le président de la Commission Nationale Vérité/Réconciliation (CVR), Pierre Claver Ndayicariye lorsqu’il met sens dessus-dessous tous les coins et recoins du pays pour déterrer les restes des victimes présumées de la tragédie de 1972 dont les hutus se disent victimes.

Après le tapage médiatique de Karuzi et Kamenge en mairie de Bujumbura, le voilà qui, cette fois, ameute tous les médias locaux pour leur montrer l’horreur en live.

Il promet de tout déballer ce vendredi dans le cadre d’un café de presse qu’il animera en personne.

« Le président de la Commission Vérité Réconciliation vous convie à un café de presse qu’il anime vendredi matin le 14 février 2020 à l’hôtel Source du Nil sous le thème : «les fosses communes de la Ruvubu, site de la douleur, du silence et de la souffrance….. »

Douleur, silence et souffrance. Ndayicariye sait choisir des mots qui incitent à la vengeance immédiate.

Sa cible n’est autre que les hutus qui, espère-t-il revivront la douleur indicible de la perte subite et atroce des leurs.

Chacun pourra imaginer la suite. C’est exactement cela qui intéresse les patrons de Pierre Claver Ndayicariye qui tirent les ficelles.

Car le président de la CVR agit par procuration. Par ce tapage sur les événements de 1972 et le silence absolu sur les autres tragédies dont les auteurs sont trop connus, le CNDD-FDD qu’il courtise fait un appel aux hutus.

Il leur demande de ne pas oublier. De ne pas faire cause commune avec Agathon Rwasa, un hutu qui n’arrête pas de tirer à boulets rouges sur régime CNDD-FDD. Un régime qui a tout faux après quinze ans de dérapages tous azimuts.

Pierre Claver Ndayicariye doit convaincre et vite. Le temps lui est compté car les élections démarrent dans moins de 100 jours.

La vérité et encore moins la rèconciliation sont de loin sur l'agenda de ce technocrate zélé qui opère plus en militant du parti au pouvoir qu'en réconcilaiteur.

Ses exploits quand il était aux commande de la très indépendante commission électorale sont connus de tous.

Il est sans aucun doute qu'il est devenu le "hit man", l'homme de mission du régime CNDD-FDD, un homme qui sait influencer et manipuler les élections pour le compte de son parti!