• burundidaily

Pluies diluviennes: Plus de 460 morts au Burundi depuis octobre 2019

Au moins 461 personnes ont été tuées suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur plusieurs localités du Burundi depuis octobre dernier.

Ces pluies ont aussi emporté des maisons et déplacé des milliers d’autres personnes. «Depuis octobre dernier jusqu’aujourd’hui, nous avons déjà enregistré 461 personnes tuées, 12000 maisons détruites et 16000 personnes déplacées suite à ces pluies», a déclaré Anicet Nibaruta, directeur général adjoint de la protection civile.

Les trois prochains mois s’annoncent encore plus pluvieux et dangereux.

« Selon les prévisions de l’Institut géographique du Burundi (IGEBU), il est prévu de mars à mai, une probabilité accrue de pluviométrie, supérieure à la normale dans certaines régions du pays », a prévenu Anicet Nibaruta.

Le Directeur général adjoint de la protection civile demande à la population de prendre ses précautions pour éviter le drame.

« Nous recommandons notamment aux ménages de se munir des cordes pour tirer ceux qui vont se noyer et de marcher avec une canne pour tâter le fond de l’eau avant d’y mettre le pied pour traverser », a-t-il déclaré. Depuis octobre dernier, le Burundi est en pleine saison de pluies. Cette saison de pluies se clôture généralement en juin.

Considérées comme des catastrophes liées aux changements climatiques, ces pluies diluviennes qui occasionnent d’énormes dégâts sont devenues une préoccupation nationale au Burundi.

En 2019, le ministère des Droits de la personne humaine et des affaires sociales, a dénombré, dans son rapport d'activité annuel, plus de 60.000 familles victimes des catastrophes dues aux changements climatiques.

Ces catastrophes naturelles s’ajoutent à la crise qui secoue le pays depuis 5 ans suite à la décision du président burundais, Pierre Nkurunziza, de briguer un 3ème mandat jugé illégal par l’opposition et la société civile.

Son possible retrait en 2020 n’aura aucun impact sur cette crise qui ne fait que s’aggraver au fur dans ans.