• burundidaily

Présidentielle 2020: Les ménestrels sortent du bois et s’engagent à soutenir le parti au pouvoir


Jean de Dieu Mutabazi

Après Jacques Bigirimana du FNL ou ce qui en reste, après Kefa Nibizi du Frodebu-Nyakuri, sept autres partis politiques ont annoncé, mercredi à Bujumbura au cours d’une conférence de presse, leur engagement de voter pour le Général Evariste Ndayishimiye, candidat du parti CNDD-FDD, au pouvoir.


«Nous avons décidé de soutenir le candidat du parti au pouvoir lors de la prochaine élection présidentielle », a déclaré Jean de Dieu Mutabazi, Président du parti Rassemblement des démocrates du Burundi, RADEBU.


«Je tiens à préciser que cette consigne de vote n’est valable que pour ce scrutin», a ajouté Jean de Dieu Mutabazi.

«Au moment des élections législatives et collinaires, nos militants voteront pour nos candidats », a-t-il précisé.


En janvier dernier, les sept partis politiques avaient formé une Coalition pour une opposition démocratique participative (COPA 2020).


Ces partis sont : le parti Rassemblement des démocrates du Burundi (RADEBU); KAZE-FDD (Bienvenue-Force de défense de la démocratie); Front de libération nationale(FROLINA); le parti Monarchiste parlementaire (PMP); le parti libéral (PL), le Parti pour la réconciliation du peuple (PRP) ainsi que le parti pour l’indépendance économique du Burundi, (PIEBU).


Au total, six candidats, dont deux indépendants et quatre représentants des partis politiques, participeront à la prochaine élection présidentielle au Burundi.


Le général Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD) au pouvoir, représentera ce même parti.

D’après le calendrier électoral, trois scrutins se tiendront le 20 mai 2020. Il s’agit de l’élection présidentielle, des législatives et des conseillers communaux.


Les élections sénatoriales sont fixées pour le 20 juillet 2020 et celles des conseillers collinaires pour le 24 août de la même année.


Les dernières élections générales de 2015 ont été marquées par des violences liées aux contestations contre le 3ème mandat du président Nkurunziza.