• burundidaily

Un opposant abattu à son domicile dans Bujumbura ruralUn opposant abattu à son domicile dans Bujumbu

La chasse et l’assassinat des opposants, en particulier des militants du parti CNL (Conseil national pour la liberté), se poursuit et s’intensifie au Burundi.

Dans la nuit de lundi à mardi, l’épée du régime burundais a visé Methuselah Nahishakiye, responsable du CNL sur la colline Migera de la commune Kabezi dans la province de Bujumbura dite « rurale ».

Selon Pacifique Nininahazwe, figure de la société civile burundaise et président de l’ONG Forum pour la conscience et le développement (FOCODE), il a été mortellement à son domicile.

«Methuselah Nahishakiye, responsable du parti CNL sur la colline Migera de la commune Kabezi vient d'être abattu à coups de balles, chez lui, ce soir peu après 20 heures », a-t-il déclaré via son compte twitter. «Il se savait en danger selon ses proches», a-t-il ajouté.

Selon des sources dignes de foi, il y aurait un sérieux plan d’élimination des grosses pointures du parti CNL dans la province de Bujumbura rurale.

C’est à Gatumba, commune Mutimbuzi, que des réunions nocturnes se tiennent quasi régulièrement depuis quelques jours pour affiner ce plan.

Ces réunions sont organisées par des jeunes membres de la Ligue Imbonerakure (une milice inféodée au parti présidentielle) et des policiers qui participent à ces réunions mortifères.

La chasse se veut à la fois méthodique et sélective. En décembre dernier, Désiré Ntahondabasigiye, un autre leader local du parti CNL avait été également tué par balles. Des militants du parti CNL ont accusé aussi des Imbonerakure comme étant des auteurs du meurtre. Désiré Ntahondabasigiye avait participé dans les manifestations contre le troisième mandat du président Nkurunziza. Il avait été libéré par grâce présidentiel.

Pris dans cette spirale de violence ciblée, les militants du CNL sont particulièrement affectés par le silence assourdissant de leur leader Agathon Rwasa. Aucune condamnation officielle de ces actes ignobles.