• burundidaily

Une trentaine de syndicats réclament le dégel des annales, primes et indemnités au Burundi

Building du ministère de la fonction publique

Trente-un syndicats affiliés à la Confédération des syndicats du Burundi (COSYBU) et la Centrale syndicale du Burundi (CSB) viennent de réclamer énergiquement le dégel des annales, primes et indemnités.

«Nous avons l’honneur de venir auprès de votre haute autorité demander la levée de la mesure de gel des annales, primes et indemnités conjoncturelles pour les travailleurs des secteurs publics, parapublics et d’économie mixte », peut-on lire dans une lettre conjointe de la Cosybu et la CSB adressée au deuxième vice-président.

Les travailleurs affiliés à ces syndicats viennent de passer 4 ans sans bénéficier d’indemnité d’ajustement.

« Ce gel résulte des négociations qui ont débuté depuis 2014 entre le gouvernement et les syndicats des enseignants sur la question des disparités salariales ; cependant, les travailleurs des établissements publics, parapublics, les administrations personnalisées et d’économie mixte n’ont pas été associées à ces négociations. Et ils se sont vus affectés par la mesure de gel des annales, primes et indemnités conjoncturelles».

« Dans cette correspondance, ces syndicats précisent qu’une ordonnance interministérielle conjointe des ministres en charge des Finances et de la Fonction publique a octroyé une indemnité d’ajustement à certains fonctionnaires…..la même ordonnance a décidé un gel des annales, primes et d’indemnités conjoncturelles de tous les fonctionnaires et agents du secteur public, parapublic et d’économie mixte à partir de janvier 2016 au 31 décembre 2019 ».

Si leur requête n’est pas exaucée, les deux centrales syndicales menacent de passer à d’autres actions moins diplomatiques. «Si leur demande ne trouve pas une réponse favorable, le recours à toutes les mesures autorisées par la loi sera la suite».

Depuis quatre ans, le gouvernement remonte le salaire des autres fonctionnaires jusqu’ici jugés parents pauvres, notamment les enseignants.