• burundidaily

Vers une nouvelle fronde au CNDD-FDD?: Des figures du parti au pouvoir débarquées à la pelle


Evariste Ndayishimiye, le nouveau boss au CNDD-FDD

C’est déjà certain. Le prochain parlement fera peau neuve dans le camp du parti CNDD-FDD au pouvoir depuis 2005.


Au bout du ficelage des listes bloquées pour le rendez-vous électoral de mai 2020, le cocotier aura été sérieusement secoué.


Vu les candidats alignés sur les listes nominatives aux élections législatives, il est évident que plusieurs figures qui colonisent, notamment, l’Assemblée nationale ou les institutions depuis la nuit des temps ont été priées de plier bagages.


Ainsi, par un bref coup d’œil sur les listes définitives qui seront présentées aux électeurs dans moins d’un mois pour validation, on remarque qu’il y a, en effet, de grands et célèbres absents qui avaient pourtant défendu becs et ongles le régime CNDD-FDD avec parfois violence, malignité et arrogance durant ces 15 dernières années.


Au nord du pays, dans la province de Kirundo, le tristement célèbre Jean Baptiste Nzigamasabo, alias Gihahe n’apparait nulle part sur la liste des candidats députés. Plus qu’un éternel député, cet ancien écolier de Kirundo sans aucune autre formation classique était un petit roitelet dans la province.


A l’extrême sud du Burundi, l’hyper zélé Gad Niyukuri, gouverneur de la province de Makamba ne sera pas de la partie. Nul n’ignore ses propos volontiers comminatoires et agressifs vis-à-vis des opposants réels ou présumés. A l’instar de Gihahe, Gad Niyukuri était un autre roitelet du sud.


A l’ouest du Burundi, deux grandes figures du parti quittent aussi, à la surprise générale, l’attelage des honorables députés : Alexis Barekebavuge, richissime et véritable fils adoptif du palais présidentiel ainsi qu’un certain Wakenya, tout aussi richissime et hyper influent dans l’entourage du président Pierre Nkurunziza. Sur la liste des candidats députés de la province de Cibitoke manque aussi un certain Kenny Claude, connu pour sa haine envers les tutsis comme il ne cesse de le relayer via les réseaux sociaux.


Dans la province voisine de Bubanza, Pascal Nyabenda, honorable président de l’Assemblée Nationale, n’aura pas l’honneur de rempiler pour un autre mandat. Il a été rayé de la liste in extremis par on ne sait quelle main audacieuse. Sa déconvenue est sans doute totale après avoir raté de peu la magistrature suprême (favori de Pierre Nkurunziza).


En mairie de Bujumbura, Willy Nyamitwe, Benjamin Bikorimana, Nancy Mutoni, tous des militants les plus en vue ont subi un réel tsunami.


Dans Bujumbura (rural), le Ministre des Relations extérieures et de la coopération internationale Ezéchiel Nibigira est inconsolable. Cet ancien patron de la Ligue des jeunes Imbonerakure ne figure nulle part sur la liste des candidats à la députation.


Au centre du Burundi, le célèbre Bikinamuci se cherche encore sur la liste. Il en est de même pour Sylvestre Ndayizeye dans la province de Karuzi.

Enfin, dans son Kayanza natal, l’Ombudsman Edouard Nduwimana ne sera plus élu député comme toujours.


A y regarder de très près, tout semble indiquer que le temps du sevrage est arrivé pour bon nombre des caciques du régime, proches de Pierre Nkurunziza.

L’absence de certaines grosses pointures du parti CNDD-FDD est, dans tous les cas, riche de signification. Le proche avenir devrait nous éclairer davantage sur les tenants et les aboutissants de cette table rase.