• burundidaily

Zoom sur les propos étonnamment réducteurs de l’Ambassadeur du Burundi en Russie sur Agathon Rwasa


Edouard Bizimana, ambassadeur du Burundi en Russie

Après la mascarade électorale du 20 mai dont le CNDD-FDD se prétend gagnant au grand dam du leader du CNL, principal challenger et réel gagnant de la partie, le système CNDD-FDD multiplie des discours d’autosatisfaction et de dénigrement de l’opposant principal Agathon Rwasa.


Après le général Evariste Ndayishimiye, prétendu vainqueur de la présidentielle, qui l’a publiquement pris pour « l’idiot de la famille », c’est autour de l’ambassadeur du Burundi en Russie, Edouard Bizimana, de le prendre pour un éternel opposant «qui joue ce rôle à merveille».


«Depuis 2010, Honorable Rwasa n’a jamais accepté l’issue des urnes. On peut donc dire qu’il reste dans sa logique d’opposant et joue à merveille son rôle », a-t-il confié, mardi, à l’agence de presse russe, Spoutnik, dans une longue Interview.


«Rwasa s’oppose à toute initiative du gouvernement (contre la Constitution, contre les contributions volontaires pour l’organisation des élections, contre les résultats des élections, etc.), allant jusqu’à réclamer des sanctions contre le Burundi comme en 2018 alors qu’il est membre de l’Assemblée nationale et qu’il a des ministres dans le gouvernement en place», a déclaré Edouard Bizimana, un brin plus militant que diplomate.


A l’instar de l’hyène qui est toujours victime de ses propres projets dans les contes populaires rundi, Agathon Rwasa n’a jamais rien réussi, selon l’Ambassadeur du Burundi en Russie.


«Il a toujours basé sa campagne électorale sur une sorte de pessimisme et en se posant comme victime du système en place. Et cette politique de victimisation, qui au fond peut cacher un sentiment de vengeance, n’a pas été bien accueillie par l’électorat soucieux de sortir le Burundi du cercle vicieux dans lequel certains politiciens veulent maintenir la population burundaise ».


Mais comme pour justifier l’écrasante victoire de son parti, le CNDD-FDD, l’Ambassadeur Edouard Bizimana s’en mêle les pinceaux et avoue (l’inavouable) que son parti ne fait que battre campagne.


«Le CNDD-FDD a compris que des élections se préparent dès la fin des précédentes. En plus de cette politique de proximité, la qualité du programme du parti pour la société a joué un rôle important dans la mobilisation de l’électorat, ce qui explique son score aux élections présidentielle, législative et communale du 20 mai», conclue-t-il.