Trop proche?: L'ambassadeur de France au Burundi témoigne son soutien au medium le plus proche du régime de Bujumbura

Trop proche?: L'ambassadeur de France au Burundi témoigne son soutien au medium le plus proche du régime de Bujumbura

17/04/2017

 

 

 Ambassadeur Delahouse visite IKIRIHO, un journal électronique proche du pouvoir de Bujumbura  

 

 

Au mois de Janvier 2017,  Mr Delahouse, l'ambassadeur de la France au Burundi donnait une interview au journal électronique IKIRIHO. Un journal le plus proche du pouvoir de Bujumbura. En effet certains affirment que ce medium est piloté par les services de la présidence burundaise (service secrets).Cette interview a été objet de débats et discussions surtout dans les milieux de la société civile et de l'opposition. 

 

A voir l’évolution de la crise burundaise ainsi que l’échec des pourparlers inter-burundais, il y a lieu de se demander le motif des déclarations faites lors de cette interview par l'ambassadeur Delahouse.  

 

Au cours de cette interview, malgré beaucoup de cas d’arrestations arbitraires, de tortures et de disparitions forcées, d'assassinats ciblés au sein de l’armée burundaise, des corps sans vie retrouvés, jetés sur les rues et dans les eaux des rivières et lacs du pays, Mr Delahouse affirmait qu'il "se sent en sécurité".

 

Au delà de se sentir en sécurité dans un pays qui brûle à petit feu, cette déclaration de l'ambassadeur Delahouse mettait en doute les conclusions des rapports publiés par des organisations internationales telles que Human Rights Watch, Amnesty International et le FIDH. Ces organisations concluent que les forces de sécurité sont responsables de violations flagrantes et à grande échelle des droits de l’homme. Les conclusions de ces rapports sont aussi corroborées par le rapport des experts des Nations Unies.

 

Ces déclarations représentent- elles une nouvelle position de la France face à la crise Burundaise, ou jouent-elles le même rôle que les déclarations de George Martres qui fut ambassadeur au Rwanda de 1990 à 1993? A l’époque, malgré les massacres à grande échelle contre la minorité Tutsi, des massacres qui signalaient le début du génocide, George Martres continuait à défendre le régime génocidaire de Habyarimana.

 

Y a t-il risque de voir une répétition du "jeu" français lors du génocide contres les Tutsis au Rwanda en 1994?  

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre