L’ONU et ses partenaires demandent 296 millions USD pour aider les réfugiés burundais

L’ONU et ses partenaires demandent 296 millions USD pour aider les réfugiés burundais

17/01/2019

 

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et 35 partenaires ont lancé, mardi à Genève un appel de fonds conjoint d’un montant de 296 millions de dollars pour « venir en aide cette année à 345.000 réfugiés burundais dans les pays voisins », a rapporté l’Onu sur son site dans la nuit de mardi à mercredi.


«La situation des réfugiés burundais est l’une des plus négligées au monde et, en 2018, elle comptait également parmi les crises les plus sous-financées », a déclaré Charlie Yaxley, porte-parole du HCR.


En 2018, la réponse régionale inter-organisations pour l’aide aux réfugiés burundais n’a reçu que 35% des 391 millions de dollars recherchés. Cela a eu un impact dans la réponse des organismes humanitaires dans les quatre pays voisins accueillant les réfugiés burundais.


 «En Tanzanie, République démocratique du Congo (RDC), Rwanda et Ouganda, la vie des réfugiés burundais en est affectée », a ajouté le porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).
 « Ils y ont subi des coupures dans les rations alimentaires, un manque de médicaments, des écoles surpeuplées et des abris de fortune », a-t-elle encore déclaré.

 

Le HCR estime, enfin, que les conditions au Burundi ne sont actuellement pas propices au retour massif des réfugiés.


L’ONU s’inquiète en outre du flux des Burundais qui continuent à fuir leur pays toujours englué dans une grave crise politique et sécuritaire.
«Trois cents réfugiés en moyenne continuent de fuir le Burundi chaque mois ».
«Le HCR exhorte les gouvernements des pays de la région à maintenir les frontières ouvertes et l’accès aux systèmes d’asile pour les personnes qui en ont besoin». Le HCR estime, enfin, que les conditions au Burundi ne sont actuellement pas propices au retour massif des réfugiés.


Il est à rappeler que ces réfugiés qui inquiètent le monde libre ont, pour la plupart, fui leur pays il y a plus de 3 ans suite à la décision de Pierre Nkurunziza de briguer un 3ème mandat illégal.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre