Le Parti d’Agathon Rwasa agrée, va t-il avoir les mains libres pour mener la politique de son choix ?

15/02/2019

 Agathon Rwasa, président du nouvelement agrée parti CNL

 

L’agrément du  parti Congres National pour la Liberté « CNL »  de l’opposant interne  Rwasa Agathon vient de voir le jour.  C’est un coup de sang chez certains poids lourds du parti au pouvoir CNDD-FDD.

 

A leur dernier souffle, les pro-Rwasa cassent la barque. Ils viennent de voir le droit  de faire la politique au Burundi, après que nombreux d’entre eux   aient subit des poursuites injustes et violentes voir même assassinés. Rwasa Agathon  gagne le rugby, le premier perdant étant son bras cassé Jacques Bigirimana, président du Parti de Gahutu Remy, le FNL.  Tout en déjouant les pièges de son ancien lutte de compagnon, il reste à savoir si le dinosaure du Nord « le guide suprême et permanent du CNDD-FDD » laissera facilement son dauphin jouir le droit de mener la politique de son choix.

 

A sa toute première sortie médiatique ce jeudi 14 février 2019 entant que Président du parti officiellement reconnu par Bujumbura, Agathon Rwasa premier vice-président de l’Assemblé Nationale se frotte les mains. Pour lui, il n’y a aucun obstacle : « Nous avons accueilli la reconnaissance juridique de notre parti avec satisfaction car nous venons d’avoir le plein droit de mener la politique dans ce pays comme il en est de même pour d’autres burundais. Maintenant nous pouvons jouir solennellement de notre droit sans que personne ne nous inquiète», indique-t-on l’Honorable Rwasa Agathon.

 

Un politicien burundais en exil qui a requis l’anonymat remarque que malgré son espoir, Agathon Rwasa risque d’être rapidement déçu: « Les poids lourds du system du CNDD-FDD n’accepteront pas de manger sur le pousse », affirme-t-il.

 

Agathon Rwasa, une figure des ex-rebelles hutus, avait dernièrement montré son avant-bras lors de la campagne pour référendum du 17 Mai 2018. Il avait appelé ses membres et sympathisants à voter  « NON » et a eu bien du mal à battre  campagne. Des milliers de ses supporters ont été persécutés principalement par les jeunes affiliés au parti CNDD-FDD, qualifiés actuellement de « milice » par l’ONU.     

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre