Le Burundi devient une poudrière, reconnaît la police dans son rapport

Le Burundi devient une poudrière, reconnaît la police dans son rapport

23/04/2019

Miliciens imbonerakure en compagnie des éléments de la police pourchassent des présumés opposants (Photo AP) 

 

Le Burundi est devenu une véritable poudrière. Alors que la planète entière ne cesse de tirer sa sonnette d’alarme sur l’escalade des violences et des violations des droits de l’homme, voilà que la police burundaise déclare à son tour et chiffres à l’appui, que le Burundi n’est plus qu’un bastion des criminels de tous poils.

 

Les faits renseignés sont têtus et la police n’y peut rien.

Son dernier rapport officiel sur la situation sécuritaire qui a prévalu dans le pays au cours de ces trois derniers mois se passe en effet de commentaires.

 

Il relève, notamment, « 18 cas d’infanticide, 138 cas de coups et blessures volontaires graves, 68 cas de vol qualifié, 16 cas de détention illégale d’armes à feu, 2 cas d’actes terroristes, 209 cas de vente et consommation de stupéfiants, 202 cas d’escroquerie, 50 cas de faux et usage de faux, 53 cas d’enlèvements de bornes, 16 cas d’incendie criminel, 33 cas d’empoisonnement, 54 cas d’assassinat, 33 cas de meurtre, 30 cas d’homicide involontaire, 310 cas de viol, 11 cas de trafic d’êtres humains, 127 cas d’abandon de famille, 14 cas d’évasion, etc».

 

Comme pour illustrer davantage qu’il y a péril à la demeure, le ministère de la sécurité publique publie le bilan de « plus de 4321 fouilles et perquisitions organisées dans tout le pays », au cours de cette période.

Elle annonce avoir appréhendé 1781 « présumés criminels » et démantelé « 54 bandes de criminels ».

 

En outre, elle dit avoir saisi «13 fusils de types kalachnikov, 6 pistolet, 1simonov, 81 grenades, 22 chargeurs, 2901 cartouches, 4 bombes pour mortier 60, 4 bombes pour RPG7, et une mine anti-personnel ».

 

Tout est dit. Même si ces chiffres restent en deçà de la réalité, ce tableau officiel est sans doute déjà apocalyptique.

 

Le Burundi est littéralement miné. Seul le Président Pierre Nkurunziza feint encore de l’ignorer. Car il ne cesse de vanter la paix et la sécurité retrouvées dans tous les coins du pays.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre