good

Propriétés foncières : Pierre Nkurunziza promet de spolier les « Banyagihugu» au profit des «Benegihugu».

27/05/2019

 

 

Rompu à l’ancien art de diviser pour mieux régner, l’autoproclamé Président burundais, Pierre Nkurunziza sort une ultime cartouche pour gagner la confiance des siens (hutus), à quelques mois d’une autre élection présidentielle qu’il veut convoiter à l’instar de la précédente.

 

Non content d’avoir forcé des milliers d’opposants à l’exil, tué des milliers d’autres et embastillé autant pour s’accrocher au trône, le voilà qui dégaine, cette fois, l’arme «foncière» dont il n’ignore pas sa capacité destructive dans le contexte burundais.

 

Par le biais de son bras droit, Evariste Ndayishimiye, Pierre Nkurunziza promet en effet de s’accaparer prochainement des terres inexploitées appartenant des tutsis, pudiquement désignés (dans un langage codé mais qui n'est plus secret pour personne) par «Abanyagihugu», pour les céder aux hutus, dits «Abenegihugu».

« L’Etat va exproprier les uns, rompre des contrats domaniaux avec les autres fin que de donner plus d’espace aux Benegihugu », a-t-il déclaré depuis la commune de Rugombo en province de Cibitoke.

 

« Les terres agricoles de Mugamba seront particulièrement ciblées », a-t-il eu l’audace d’ajouter. Cette région, prise comme région naturelle, Mugamba est aussi semble t-il l’incarnation de la dissidence vis-à-vis du régime CNDD-FDD dont le bilan n’est que ruine, pleurs et tristesse. Cette région qui couvre plusieurs communes du pays fut d’ailleurs l’épicentre de la contestation du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza, aujourd’hui regretté jusqu’au sein du parti au pouvoir.

 

L’heure est maintenant à la sanction. Evariste l’a dit depuis Cibitoke.

Le choix de cette province est aussi symbolique car l’Etat vient effectivement de s’accaparer de plus de 1500 hectares appartenant à la société RUGOFARM de l’ancien parlementaire Stany Habonimana (tutsi).

 

Reste à voir si l’ultime carte de la division s’avérera, cette fois, payante pour le Président sortant qui reste toujours. Dans tous les cas, comme les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, la grande Histoire finira par réhabiliter les expropriés d’aujourd’hui. Y compris ceux dont les maisons et autres biens viennent d’être saisis par l’Etat pour faute d'etre opposant au president Pierre Nkurunziza.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre