Le Burundi exporte la violence sexuelle: 43 casques bleus dénoncés pour «viols ou abus sexuels» en RCA

Le Burundi exporte la violence sexuelle: 43 casques bleus dénoncés pour «viols ou abus sexuels» en RCA

19/07/2019

Un soldat Burundais qui fait parti des forces de maintien de la paix  

 

 

Au moins 43 casques bleus burundais sont accusés «de viols ou d'abus sexuels contre des femmes et des enfants», en République centrafricaine, a-t-on appris d’une correspondance que l’ONG-Free Aids Word vient d’adresser au Président du Comité spécial des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Muhammad-Bande.

 

«Depuis 2015, 43 Casques bleus burundais ont été dénoncés suite à des allégations de viols ou d'abus sexuels contre des femmes et des enfants». Les victimes présumées comprennent 50 enfants, 25 adultes et 5 personnes d'âge inconnu résidant presque tous en RCA», ont déclaré Paula Donovan et Stephen Lewis Codirecteurs de AIDS-Free World.

 

Les copies de la correspondance sont adressées aux membres et observateurs du Comité spécial des opérations de maintien de la paix.

 

«Selon les accords internationaux, le Gouvernement du Burundi est responsable des enquêtes et des poursuites contre ses militaires et ses policiers de maintien de la paix. Mais rien ne prouve que le Gouvernement burundais ait pris des mesures à l'encontre de ses Casques bleus qui font l'objet d'accusations», ont-ils ajouté.

 

L'ONU ne doit plus déployer des forces issues d'un régime «qui a des antécédents bien documentés en matière de violences sexuelles commises en toute impunité contre des civils innocents, dans son propre pays et au-delà». 

 

Les autorités burundaises n’ont pas encore réagi.

 

Actuellement, 740 soldats burundais sont engagés dans les opérations de maintien de la paix de l'ONU en RCA.

 

Ils sont rémunérés par les cotisations obligatoires dues par tous les États membres au titre des dites opérations. Ce chiffre s'élève actuellement à 13 millions de dollars, un montant considérable pour un Gouvernement dont le budget militaire est d'environ 60 millions de dollars par an. 

 

Pour rappel, en 2016, l’ONU a renvoyé de la République Centrafricaine quelques 280 policiers burundais accusés d'exactions commises au Burundi avant leur déploiement dans ce pays, dans le cadre de la MINUSCA. Leur mandat n’a pas été renouvelé.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre