La traque des réfugiés burundais en exil ne fléchit pas

La traque des réfugiés burundais en exil ne fléchit pas

20/07/2019

Richard Ahishakiye, victime d'attaques des #imbonerakure, la milice du parti au pouvoir au Burundi

 

Non content d’avoir forcé des centaines de milliers de Burundais à l’exil, le système CNDD-FDD les poursuit jusque dans leur dernier retranchement pour les y broyer.

Son imparable bras criminel étant toujours la Ligue des Jeunes Imbonerakure, sinistre appendice du parti présidentiel, CNDD-FDD.

 

Au dernier décompte, au moins 74 réfugiés burundais ont déjà péri, tués par des Imbonerakure en terre tanzanienne. Ce n’est qu’un signe visible de l’iceberg. La situation est très alarmante.

 

Le cas le plus emblématique est celui d’un certain Richard Ahishakiye, réfugié en Ouganda.

 

Ayant fui son pays vers l’Ouganda après avoir miraculeusement échappé à la mort, il a failli être tué dans le camp de réfugiés de Nakivale.

Pas plus tard que le 11 juillet 2019, Richard Ahishakiye a été attaqué par un gang des jeunes Imbonerakure, missionnés par le régime burundais.

 

Alors qu’il rentrait chez lui après avoir assisté à un match de football, il a été attaqué par trois personnes parlant le Kirundi. Il n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention des voisins alertés par ses cris de détresse.

 

A l’occasion, ses agresseurs lui ont bien signifié que l’attaque dirigée contre lui avait été bien planifiée. «Ntaho muzodusigira», lui ont dit ses agresseurs.

Ils lui ont demandé de rentrer au Burundi et de se remettre aux autorités burundaises.  «Genda wishikane». «Utabikoze tuzogukorerako ko wanse kwishikana».

 

Trois mois avant cette attaque, Richard avait été prévenu par des tracts lui disant qu'il allait être tué.

Qu’ils soient en Tanzanie ou en Ouganda, les réfugiés burundais sont donc dans une situation très inquiétante.

 

Ils font toujours face à la mort et à la persécution. La plupart des meurtres et traitements inhumains ont été documentés en Tanzanie.

Mais la menace s’étend en Ouganda.

 

Face à cette menace persistante, Richard et sa famille demandent la protection de la part du HCR.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre