Les vrais dessous du « deal » entre le CNARED et le CNDD-FDD

12/08/2019

Pascal Barandagiye ministre de l’intérieur et de la formation patriotique et Anicet Niyonkuru, secrétaire exécutif du CNARED

 

Tout de go, le CNDD-FDD promet deux choses aux politiciens regroupés au sein du CNARED sous une et une seule condition : Tout faire pour convaincre les réfugiés burundais se trouvant  au Rwanda et en Ouganda de retourner au pays avant la tenue des élections de 2020. De son côté le CNDD-FDD va lever les mandats d’arrêts et remettre les partis politiques à ceux qui rentreront au pays.

 

Les deux conducteurs de la pirogue avec embarcation de certains politiciens en exil sont Pascal Barandagiye ministre de l’intérieur et de la formation patriotique pour le compte du gouvernement et Anicet Niyonkuru secrétaire exécutif de CNARED-Giriteka et président du parti CDP-inserukarukamvye.

 

Tout commence juste après une réunion décisive de trois jours tenue à Kampala  en Ouganda en début du mois de Mai 2019 entre l’opposition interne et externe. L’objectif était d’harmoniser les angles avant les élections de 2020. C’était une opportunité des politiciens externes membres du CNARED de contourner ceux qui ont quitté cette plateforme.

 

Après la rencontre, des liens se sont  tissés entre le CNARED et le CNDD-FDD. Ce parti au pouvoir via le ministre Barandagiye aurait exigé le CNARED d’user de toutes ses forces pour aider au rapatriement des réfugiés burundais plus particulièrement ceux se trouvant au Rwanda et en Ouganda.  En contre parti, le pouvoir de Gitega fera de son mieux pour lever les mandats d’arrêts aux politiciens qui rentreront ainsi que la remise de certains partis politiques à qui de droit.  

Des deux côtés l’affaire semble avancée.    

 

Vers la fin du mois de mai  dernier (2019), Anicet Niyonkuru qui représente l’opposition externe dans cet accord a effectué une tournée à Kigali au Rwanda et à Kampala en Ouganda. Sur son agenda, rencontrer certains réfugiés pour  faire entrer fortement l’opinion de regagner le pays dans l’esprit de ces derniers. Convaincus, ces réfugiés seraient en train de propager le message, mais le terrain leur semble très glissant car la plupart sont réticents et indiquent que ce qui les a poussé à fuir le pays est toujours là.

 

Pour encourager Anicet Niyonkuru, le Ministre Barandagiye vient de lui remettre son parti. Les dés sont ainsi jetés. Même si plus d’un trouvent que cette remise serait motivée par une récente déclaration du CNARED démontrant sa volonté  de participer aux élections de 2020, Anicet Niyonkuru   s’exprime sur son compte twetter arguant que c’est une mesure purement administrative.

 

« Le parti CDP informe qu’il a fait des démarches administratives pendant deux ans, de 2017 à 2019 et se réjouit du dénouement positif de sa régulation. Il demande à ses militants de reprendre la mobilisation », dit-il Anicet Niyonkuru.

Des réfugiés que nous avons interviewés nous tous indiqué que les politiciens qui veulent rentrer au pays n’ont que leurs propres intérêts.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre