Des lycéens burundais qui vandalisent leurs effets scolaires : effets d’un système éducatif mal pensé et dangereusement improvisé

15/08/2019

 Photo des écoliers qui ont déchiré leur uniforme après l'examen d’état au Burundi 

 

 

C’était trop prévisible : le système éducatif burundais improvisé et initié à la va-vite par le CNDD-FDD devait produire, in fine, des résultats décevants sur toute la ligne.

Depuis que le CNDD-FDD tient la manette du système éducatif burundais, les écoliers/élèves ou étudiants sont approximativement formés, intellectuellement sous-équipés et moralement privés de la quintessence disciplinaire dont on devait attendre d’eux au bout du processus.

 

La dernière illustration de ce gâchis programmé nous vient fraîchement d’un des lycées de Bujumbura où les élèves, garçons et filles confondus, viennent de publier leurs selfies à relent nauséabond où ils/elles déchirent allègrement tous leurs effets scolaires (uniformes, cahiers…) après l’examen d’Etat qui donne l’accès à l’enseignement supérieur.

 

Ces images ont créé un buzz sur la toile et ont choqué plus d’un. Jusque dans les hautes sphères de l’administration burundaise.

Tant et si bien que dans la foulée, le Président burundais, Pierre Nkurunziza, a, illico, organisé une réunion au chef-lieu de la province de Muramvya autour de cet incident.

 

« Ces élèves inspirent la honte pour toute une nation et cette question n’ Cette question n’est pas une affaire des enseignants/éducateurs mais de nous tous », a déclaré Pierre Nkurunziza.

« Chacun de nous tous est interpelé pour redonner de la valeur à l’éducation », a-t-il ajouté.

 

Mais le Président burundais a simplement oublié qu’un tel comportement résulte simplement d’un système éducatif mal pensé et mis en place par un autre système : le CNDD-FDD qu’il incarne au premier chef.

La formation intellectuelle, l’attachement aux valeurs universelles portées par l’école restent étrangères aux gestionnaires du pays, eux-mêmes foncièrement incultes et catapultés du fond fin du maquis au sommet de l’Etat.

 

C’est ainsi que tout n’est plus que tâtonnement et erreurs de planification.  Au lieu de mettre tout le paquet sur la formation humaine, le CNDD-FDD mise sur la violence des Imbonerakure, militairement formés et encadrés pour détruire : telle est la référence nationale. La fine fleur de la science et de l’éducation a déserté le pays depuis belle lurette. Même au sein du système, on n’aime pas d’épis qui montent à l’échelle de l’intelligence : C’est ainsi que des érudits comme Gervais Rufyikiri, ancien vice-président, ont pris la clé des champs.

 

Dans tous les cas, ces élèves ont tout dit : déchirer les cahiers n’est rien d’autre que montrer à la ville et au monde qu’entre la science et le système scolaire porté par le CNDD-FDD il y a un fossé abyssal.

Tags: Politique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre