SADC: La Tanzanie de John Magufuli vole encore une fois au secours du régime de Nkurunziza

19/08/2019

 Président Nkurunziza du Burundi (à gauche) et John Magufuli de la Tanzanie 

 

 

La Communauté de développement de l'Afrique australe a tenu son 39e sommet des chefs d'États au Centre de conventions international Julius Nyerere de Dar es Salaam, en République-Unie de Tanzanie, les 17 et 18 août.

 

Le Sommet a noté que le Burundi remplissait certains des critères d’admissibilité pour de nouveaux membres à la SADC et qu’elle présenterait un rapport d’activité sur la base duquel une mission de vérification sera entreprise, comme indiqué dans le communiqué final.

 

Le président tanzanien, John Pompe Magufuli, qui est également le nouveau président de la SAD, a déclaré: «Nous avons demandé au secrétariat de la SADC de conseiller et guider le Burundi sur certains domaines qu'il lui fallait améliorer pour pouvoir rejoindre la communauté».

 

En juin 2019, la Communauté de développement de l'Afrique australe avait rejeté la demande du Burundi d'adhérer au bloc, affirmant que Bujumbura ne répondait pas à toutes les exigences. Un communiqué citait le président de la SADC, le président namibien Hage Geingob, qui affirmait que le Burundi ne remplissait pas les conditions d'admission du bloc. après la dernière évaluation.

 

«La mission d'évaluation de la SADC était au Burundi, mais a recommandé qu'il n'etait pas encore temps pour le Burundi d'être admis dans la SADC», en raison de ce qu'il a appelé «un processus démocratique non résolu dans ce pays».

 

«Nous sommes également préoccupés par les contre-accusations entre le Burundi et le Burundi et le Rwanda à propos de l'ingérence mutuelle dans les affaires intérieures», avait déclaré le dirigeant namibien.

La SADC est un bloc économique composé de 16 États membres. La Tanzanie est le seul État membre de la Communauté de l'Afrique de l'Est à appartenir dans le bloc sud-africain.

 

Pour de nombreux analystes, être membre de plusieurs communautés régionales est non seulement inefficace en termes de perspectives d'intégration économique plus poussée, mais est également coûteux. À l’heure actuelle, le Burundi n’a pas été en mesure de s’acquitter d'une grande partie de ses obligations financières envers les organisations intergouvernementales susmentionnées et semble pourtant chercher à alourdir son budget et son endettement par cette nouvelle demande d'adhésion à une autre organisation.

 

Comme le disent certains experts, les critères pour que le Burundi devienne un État membre de la SADC sont énoncés dans le Traité de la SADC de 1992 que le pays devrait signer et ratifier pour rendre son adhésion effective. L'article 4 de ce Traité stipule que l'administration publique et tous les processus politiques dans les Etats membres doivent être guidés par les principes des droits de l'homme, de la démocratie et de l'état de droit.

 

Tout aussi important, l’article 5 définit les objectifs de la communauté comme étant la promotion de «valeurs politiques communes, de systèmes et d’autres valeurs partagées transmises par des institutions démocratiques, légitimes et efficaces».

 

Enfin, il affirme que tous les États membres devraient s'engager à «consolider, défendre et maintenir la démocratie, la paix, la sécurité et la stabilité dans la région».

 

A l'heure actuelle. il est difficile de comprendre comment le Burundi, avec son climat pre-électoral tendu où les membres de l'opposition se font lyncher par la milice Imbonerakure pourrait satisfaire les conditions d'entrée au SADC

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre