Gestion des catastrophes naturelles au Burundi: Le PNUD promet plus de 13 millions de dollars

22/08/2019

 Glissement de terre en ville de Bujumbura 

 

 

Le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) a annoncé mercredi à Bujumbura qu'il allait débloquer 13,11 millions de dollars pour appuyer la lutte contre les catastrophes naturelles au Burundi.


Selon Brita Sanneh, représentante résidente adjointe du PNUD au Burundi, ce montant sera affecté au financement d’un projet d’appui à la réduction des risques de catastrophes et à la résilience communautaire.

 

« C’est une occasion aussi d’outiller le pays en matière de résilience et d'adaptation aux changements climatique », a-t- déclaré lors de la cérémonie de lancement du projet, tenue mercredi à Bujumbura.

Les travaux y afférents vont s’étendre sur cinq ans (2019-2023).

 

S'exprimant lors de la même cérémonie, Anicet Nibaruta, directeur général adjoint de la police de la protection civile a indiqué que ce projet va permettre au pays de renforcer la gestion du risque.

 

«Nous allons commencer par faire la cartographie des risques, les hiérarchiser pour voir quels sont les risques majeurs qui menacent une entité, une province ou une commune », a-t-il précisé, notant que ceci permettra à la population d’accéder aux informations en rapport avec les catastrophes naturelles.

Et de préciser enfin que ce projet concerne sept provinces à savoir Bubanza, Cibitoke, Bujumbura (Ouest), Rumonge, Makamba (sud), Kirundo et Muyinga (nord) ainsi que la maire de Bujumbura.

 

Le Burundi est fréquemment touché par des catastrophes naturelles telles que des inondations, des éboulements de montagnes, des pluies torrentielles, etc. Ce qui occasionne des dégâts matériels et humains importants.

Plus de 2700 personnes ont été affectées par les pluies diluviennes dans différentes régions du pays en mars dernier, selon un bilan établi par la Croix Rouge du Burundi (CRB).

 

En avril 2014, les inondations de Gatunguru, au nord de Bujumbura ont fait plus de 50 morts et d’énormes dégâts matériels.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre