La tension entre le Rwanda et le Burundi est tombée dans l'oubli

La tension entre le Rwanda et le Burundi est tombée dans l'oubli

25/08/2019

 

Alors que l'Ouganda et le Rwanda viennent de faire un pas en avant dans la normalisation de leurs relations qui récemment avaient connue des tensions inhabituelles, il ne semble pas y avoir de fin en vue du mauvais sang entre Kigali et le Burundi.

 

Dans la commune de Bugabira, dans la province de Kirundo, à la frontière nord du Burundi avec le Rwanda, les résidents ne peuvent toujours pas entrer au Rwanda pour des visites familiales ou pour des travaux de champs rémunérateurs.

 

Pendant des décennies, la communauté de Bugabira des deux côtés de la frontière avait été intégrée, avec de nombreux mariages mixtes, mais il est maintenant illégal d’assister même aux funérailles d’un parent de l'autre côté de la frontière.

La détérioration des relations entre le Burundi et le Rwanda a affecté non seulement la vie sociale mais aussi leur économie.

 

En 2017, le Burundi a interdit l'exportation de fruits et légumes vers le Rwanda voisin. les services de transport en commun entre Kigali et Bujumbura ont été supprimés, affectant négativement les revenus de nombreux citoyens des deux pays.

 

Les voyageurs entre les deux villes font désormais recours à la location de voitures particulières pour se rendre à la frontière, d'où ils empruntent les transports en commun pour se rendre à leur destination finale.


Les relations entre les deux pays se sont dégradées en 2015 lorsque des manifestations ont éclaté au Burundi contre la décision du président Pierre Nkurunziza de se présenter à un troisième mandat controversé.

 

Le Burundi a accusé Kigali d'avoir organisé le coup d'État manqué de 2015, ce que Kigali a nié. Le Rwanda a accusé le Burundi de mettre à l'abri les rebelles des FDLR accusés d'avoir commis le génocide de 1994 contre les Tutsi.

 

Même culture

 

Interrogé sur les relations actuelles entre les pays, le premier vice-président burundais, Gaston Sindimwo, a déclaré que le Rwanda et le Burundi étaient deux pays frères, qui «parlent la même langue et ont la même culture».

 

«Vous savez, les frères et sœurs ont parfois des malentendus », a-t-il déclaré. «Ils (le Rwanda) sont nos voisins. Vous pouvez choisir votre ami mais vous ne pouvez pas choisir votre voisin, c’est pourquoi nous espérons que les relations s’amélioreront progressivement, car la situation est désormais calme », at-il déclaré.

 

M. Sindimwo a déclaré que le Burundi souhaitait résoudre le bras de fer avec le Rwanda et que son pays souhaitait normaliser la situation «parce que le Burundi a besoin du Rwanda et que le Rwanda a besoin du Burundi et cela se fera progressivement. C’est notre objectif en tant que pays».

 

En décembre dernier, le président burundais, Pierre Nkurunziza, avait demandé aux dirigeants de la Communauté de l'Afrique de l'Est de convoquer de toute urgence un sommet extraordinaire sur les différences entre le Burundi et le Rwanda.

«Nous voulons que la CAE intervienne parce que l'affaire concerne des groupes armés ... Des personnes sont en train de se faire tuer et cela ne devrait pas être pris à la légère», a-t-il déclaré. «Le Burundi n'a pas de mauvaises intentions» avait-il insiste. 

 

Kigali a à plusieurs reprises nié les allégations d’immixtion dans la politique du Burundi. Le président rwandais, Paul Kagame, a récemment déclaré que Bujumbura avait provoqué à plusieurs reprises Kigali.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre