Désormais, il faut un diplôme universitaire pour exercer comme infirmier au Burundi

02/09/2019

Dr Thaddée Ndikumana, ministre burundais de la santé 

 

Les écoles paramédicales seront abolies au Burundi pour se conformer aux normes de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), a déclaré le ministre de la Santé publique et de la lutte contre le SIDA, le Dr Thaddée Ndikumana, lors d'un débat oral devant les députés du Parlement burundais .

 

Dr Ndikumana a signalé que le nombre de titulaires de diplômes A3 et A2 qui sont au chômage est de 13 000.

Il a ajouté que, selon les normes de la CAE, une infirmière doit être titulaire d’un baccalauréat, tel que celui décerné aux lauréats de l’Institut national de la santé publique (INSP).

 

Le ministère souhaite que les propriétaires de niveau A3 renforcent leur niveau de formation. Le Dr Ndikumana a souligné que la prochaine année scolaire était la dernière promotion en matière de formation de personnel paramédical de niveau A2 et que les directeurs paramédicaux étaient au courant de la décision du ministère de recommander l'ajout d'un niveau supérieur afin de permettre aux propriétaires de ces diplômes d'être compétitifs dans la sous-région.

 

Il a également déclaré que les écoles paramédicales publiques et privées qui ne seraient pas en mesure d'appliquer cette recommandation seront transformées en écoles de santé professionnelles afin de former du personnel de soutien tel que des techniciens d'urgence, des ambulanciers ou aides soignants.

 

Les départements médicaux qui ne seront pas transformés en universités ou en instituts de santé formeront le personnel dont le ministère a besoin, comme les techniciens de radiologie.

 

 

Tags: Politique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre