30 étudiants congolais interpellés pour «séjour irrégulier» à  Bujumbura.

30 étudiants congolais interpellés pour «séjour irrégulier» à  Bujumbura.

19/09/2019

 Président de la RDC, Félix Tshisekedi (en lunettes) et celui du Burundi Pierre Nkurunziza. Photo @Présidence RDC

 

 

Au moins trente étudiants d’origine congolaise ont été interpellés par la police burundaise pour «séjour irrégulier» dans la zone urbaine de Cibitoke vers le nord-ouest de Bujumbura, a rapporté jeudi une radio locale.

 

«Tous ces 30 Congolais ont été arrêtés ce mercredi à Cibitoke car ils n’avaient pas de documents officiels leur permettant de séjourner au Burundi», a déclaré Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police burundaise.

«Ils ont été immédiatement expulsés vers la RDC», a ajouté le porte-parole de la police burundaise.

Etudiants congolais dans un camion de la police burundaise qui les conduit a la frontière burundo-congolaise 

 

 

Les autorités congolaises n’ont pas encore réagi à ces interpellations.

A l’approche des élections générales dont le coup d’envoi est prévu pour mai 2020 (présidentielle/législatives), la police burundaise multiplie des coups de filets dans les différents quartiers de Bujumbura, chassant d’éventuels «irréguliers».

 

Selon des observateurs, les autorités burundaises redoutent, surtout, des infiltrations rebelles à partir des pays voisins comme le Rwanda et la République démocratique du Congo, pour perturber les élections.

 

La psychose d’une imminente attaque rebelle est bien réelle dans le pays.  Mais certains observateurs estiment encore que le système CNDD-FDD peut s’engouffrer dans cette brèche pour simuler cette attaque et mâter les opposants réels ou supposés.

 

 

Dans tous les cas, l’appel à la chasse aux irréguliers est officiel.

En juillet  dernier, le président burundais, Pierre Nkurunziza a appelé la police à identifier rapidement tous les étrangers «irréguliers» vivant au Burundi afin de les «refouler ou les extrader dans leurs pays d’origine».

 

Les élections présidentielle et législatives se tiendront le 20 mai 2020, selon le calendrier annoncé le 28 juin dernier par la CENI.

Les élections sénatoriales ont été fixées au 20 juillet 2020 et les élections des conseillers collinaires et des chefs de quartiers au 24 août.

 

Le président Pierre Nkurunziza a déjà annoncé qu’il ne sera pas candidat pour 2020. Mais beaucoup  ont des doutes.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre