Illustration: John Nyaga| NMG. Source: The East African

 

 

Les élections présidentielles au Burundi auront lieu dans moins d'une année et une répétition de la violence qui a entaché le dernier scrutin semble probable.

 

En avril 2015, le président Pierre Nkurunziza a déclenché des mois de manifestations de masse et de répression brutale lorsqu'il a sollicité - puis remporté - un troisième mandat contesté.

 

Depuis lors, Nkurunziza et le parti au pouvoir ont décidé d'organiser un référendum pour modifier la Constitution, ce qui permettrait éventuellement (s'il le désire) au président de rester au pouvoir jusqu'en 2034. Nkurunziza a déclaré qu'il ne se présenterait pas, mais maintenant que le scrutin de 2020 est imminent, les tensions montent dans un pays où les tensions causées par le dernier scrutin demeurent dangereusement élevées.

 

Il y a quatre ans, l’Union africaine avait dénoncé la décision de Nkurunziza de briguer un troisième mandat et avait refusé d’envoyer des observateurs pour les scrutins de 2015, et avait réclamé leur report jugeant que les conditions ne favorisaient pas la tenue d’élections libres et équitables.

 

Aujourd’hui, face aux nombreuses interventions du gouvernement dans le scrutin et au risque de confrontation, l’UA doit agir.

 

Les chefs d'Etat africains devraient faire pression sur le gouvernement pour qu'il ouvre l'espace politique, notamment en laissant les politiciens de l'opposition faire campagne librement et en toute sécurité et en laissant des observateurs internationaux pour empêcher une reprise des violences passées ou pires encore.

 

Déjà, des signes inquiétants sont attendus avant le vote de l’année prochaine. La compétition pour le pouvoir entre les cadres du parti au pouvoir, bien que muette pour le moment, reste vive.

 

Plus de 400 000 personnes ont fui dans les pays voisins à la suite des violences de 2015 et près de 350 000 sont toujours à l'étranger. Un petit nombre d'entre eux ont rejoint des groupes armés qui, bien qu'incapables d'avoir un impact important, restent actifs dans la région.

 

 

Opposition

 

Dans le pays, les services de sécurité et les Imbonerakure, la milice de la jeunesse du parti au pouvoir, continuent de réprimer l’opposition, dont de nombreux membres ont été attaqués, arrêtés ou tués arbitrairement ou sont victimes de disparitions forcées.

 

Le Congrès national pour la liberté (CNL), le nouveau parti de longue date du leader de l’opposition Agathon Rwasa, a été victime d’une attaque particulièrement féroce.

 

Même l’Église catholique, première autorité morale du pays, a été attaquée verbalement lors de manifestations orchestrées par le gouvernement. En février, le gouvernement a contraint le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies à fermer ses opérations burundaises.

 

Pendant ce temps, l’incertitude sur les intentions de Nkurunziza ajoute un élément de volatilité au mélange déjà toxique. Bien qu'il ait annoncé qu'il ne se présentera pas aux élections de 2020, de nombreux acteurs burundais et internationaux ne le croient pas.

 

Depuis 2015 et même avant, de hauts responsables, y compris dans l'armée, se sont vivement opposés à sa présidence à perpétuité.

En effet, il s'agissait d'une des causes majeures de violence en 2015. S'il demande un autre mandat, il devra faire face à l'opposition interne au sein du parti.

 

Par contre, s’il ne se présente pas, une lutte acharnée pour lui succéder au sein du parti au pouvoir est probable. La compétition intra-parti en 2015 a abouti à une tentative de coup d'État et à une répression violente ultérieure.

 

 

Observateurs de scrutin

 

Après sa ferme réaction initiale à la violence burundaise et sa décision de ne pas déployer d'observateurs pour le vote de 2015, l'UA est devenue moins impliquée.

La même année, il a cédé la responsabilité de trouver une solution à la crise à la Communauté de l'Afrique de l'Est conformément au principe de subsidiarité, selon lequel les questions de paix et de sécurité sont traitées au niveau le plus local.

 

Le dialogue inter-Burundi dirigé par la CAE, avec le président ougandais, Yoweri Museveni, en tant que médiateur en chef et l'ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa, en tant que facilitateur, a tenté - et a échoué - de faire office de médiateur entre le gouvernement et l'opposition, tant en exil pays.

 

Dès le début des pourparlers en mai 2016, le gouvernement burundais a adopté une position inflexible et est resté intransigeant tout au long. L’opposition a finalement fait preuve d’une plus grande volonté de compromis mais en vain.

Pour sa part, la CAE, qui avait été créée pour promouvoir l’intégration économique régionale, était mal équipée et sous-financée pour un processus de médiation politique complexe.

 

Les dirigeants régionaux, qui étaient divisés entre eux et ne considéraient pas le Burundi comme une priorité, n’accordèrent que peu d’appui à Mkapa qui cherchait à réunir les parties.

 

Le gouvernement n'a même pas participé à la cinquième et dernière série de pourparlers au cours desquels Mkapa a élaboré une feuille de route pour les élections de 2020, qu'il a présentée comme base de discussion pour toutes les parties.

 

Pour que les élections soient plus crédibles et pacifiques, le gouvernement devra faire des compromis. À tout le moins, il devrait permettre aux opposants - tant dans le pays que ceux actuellement en exil - de faire campagne librement au Burundi sans intimidation, arrestation ou violence. Il devrait également laisser les observateurs externes observer les préparatifs des scrutins, le vote et le dépouillement.

 

Smail Chergui, commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA, a suggéré, lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Burundi, le 14 juin, que le dialogue sous les auspices de la CAE soit repris dès que possible.

 

Des pourparlers en face à face entre le gouvernement et l’opposition pourraient certainement contribuer à renforcer la confiance. Mais en eux-mêmes, il est peu probable qu'ils génèrent des résultats différents de ceux des tentatives précédentes.

 

Si de tels pourparlers doivent rapporter quelque chose, l’UA doit faire pression sur les dirigeants régionaux pour qu’ils exercent toute leur influence pour amener le gouvernement de Nkurunziza à un compromis.

 

Cela signifie que l'UA elle-même s'engage au plus haut niveau à Bujumbura et dans les capitales voisines. Cela devrait exercer une pression supplémentaire sur Nkurunziza tout en encourageant les dirigeants régionaux à faire de même.

 

Une étape importante serait de constituer une délégation de haut niveau de l'UA, similaire à celle qui s’était rendue à Bujumbura en février 2016.

Cette délégation, composée des présidents du Gabon, de la Mauritanie, du Sénégal et de l’Afrique du Sud, ainsi que du Premier ministre éthiopien et autorisée par la Conférence des chefs d’État de l’Union africaine, n’a visité le Burundi qu’une seule fois.

 

 

Mandat de la délégation

 

 

Les dirigeants devraient également élargir le mandat de la délégation, avec les mêmes membres ou une composition différente, afin d’améliorer les conditions pour les élections de 2020 et de renforcer l’action régionale en faveur du Burundi.

L'UA devrait également intensifier sa surveillance de la politique burundaise.

 

Depuis août 2015, il a déployé un petit contingent d'observateurs des droits de l'homme et d'experts militaires dans le pays. Il devrait négocier avec les autorités burundaises pour en envoyer plus.

 

L’équipe de l’UA sur le terrain devrait surveiller la sécurité des politiciens de l’opposition et évaluer les préparatifs en vue des élections, ce qui pourrait obliger les chefs d’État de l’UA à adapter leur mandat.

 

Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et la délégation de haut niveau peuvent utiliser ses rapports pour informer les efforts diplomatiques et aider à décider si l'UA devrait déployer des observateurs électoraux avant les scrutins de 2020.

 

Des élections complètement libres et équitables en 2020 sont probablement impossibles. Mais avec un engagement régional, uni, plus élevé et plus cohérent et concerté dans la région pour l'année à venir, il y a au moins une chance de convaincre le gouvernement de permettre à l'opposition de faire campagne sans harcèlement et de mieux contrôler le vote. Cela contribuerait probablement à éviter que ne se reproduise le tumulte de 2015.

 

Cela préserverait également un degré de pluralisme politique, même minime, qui pourrait contribuer à empêcher un pire glissement dans le conflit. Plus important encore, l'UA et les autres acteurs ne peuvent rester indifférents: ils doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir la crise burundaise au premier rang des priorités internationales.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre