Burundi: La crise oubliée, brûle toujours

Burundi: La crise oubliée, brûle toujours

12/10/2019

 

Deuxième Partie

 

Associé de recherche au Centre africain, Paul Nantulya effectue des recherches et prépare des analyses écrites sur les questions de sécurité actuelles en Afrique. Ses domaines d'expertise incluent la gouvernance, la médiation, les processus de paix, le maintien de la paix et l'Afrique de l'Est.

 

Alors que la région s’y intéresse

 

Cependant, depuis 2015, le CNDD-FDD a procédé à une grande purge des ex-officiers du FAB, de nombreux assassinats ou enlèvements ayant eu lieu. Une loi adoptée en 2017 confère «le statut de force de réserve» aux Imbonerakure et les place au sein de l'armée, les décrivant comme des «citoyens formés de manière militaire à cette fin par l'armée et les anciens combattants du Burundi».


La Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) est officiellement chargée de régler la crise au Burundi, mais les frictions persistantes entre ses membres l’ont rendue inefficace et ont prolongé le conflit. La tension croissante entre l'Ouganda, président des Bureaux de la paix au Burundi, et le Rwanda, président de la CAE, est particulièrement préoccupante. Un rapport des Nations Unies de décembre 2018 a révélé que le Burundi, la RDC et l'Ouganda armaient et formaient maintenant des rebelles rwandais, ce qui alourdissait encore les relations déjà déchirées entre le Rwanda et le Burundi. Une flambée pourrait avoir des conséquences régionales dévastatrices.

 

L'UA a été tout aussi inefficace. Après avoir renoncé à sa décision de décembre 2015 de déployer une force de protection de 5 000 hommes, toujours à cause des disputes de ses membres et de la menace du gouvernement Nkurunziza de tirer sur les troupes de l'UA entrant dans le pays, l'UA a envoyé à la place 200 observateurs des droits de l'homme. Cependant, ils sont soumis à des restrictions strictes imposées par le gouvernement, qui limite en grande partie les observateurs à Bujumbura. Fait révélateur, ils n'ont jamais rendu leurs rapports publics, craignant que le gouvernement burundais ne les expulse.

 

Malgré tout, ils sont les seuls observateurs externes au Burundi depuis l'expulsion de la Commission des droits de l'homme des Nations Unies. La BBC, Voice of America et pratiquement toutes les organisations de la société civile et des médias ont également été expulsées.

 

Six sommets de la CAE n'ont pas réussi à convaincre le CNDD-FDD d'assister à des pourparlers présidés par le président ougandais, Yoweri Museveni, sous la médiation de l'ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa. Cinq négociations ont eu lieu entre 2015 et 2018, mais aucune des discussions n’a été face à face. Le CNDD-FDD a plutôt lancé des efforts pour réviser la Constitution de 2005 de manière à démanteler les principales dispositions de l'Accord de paix et de réconciliation d'Arusha. Les négociations ont été durement touchées, leur objectif principal étant d'utiliser les accords comme base pour résoudre les problèmes qui ont déclenché la crise, stabiliser le pays et le préparer à des élections démocratiques en 2020.

 

En mai 2017, Mkapa a présenté une nouvelle feuille de route lors du sommet de la CAE et a lancé un avertissement terrible: «Il y a une impasse parce que le gouvernement du Burundi hésite à parler à ses opposants. Actuellement, il essaie de choisir des parties prenantes amicales avec lesquelles parler, tout en ignorant les autres. »Il a également rappelé aux présidents de la CAE le" besoin impératif "de leur" engagement personnel "pour amener le gouvernement burundais à s'engager dans un dialogue sérieux sans conditions préalables. Mkapa a par ailleurs alerté les présidents de la CAE sur les conséquences des efforts de révision constitutionnelle du CNDD-FDD. «Où la médiation dirigée par la CAE dont je facilite le dialogue? En effet, je crains que la région ne se retrouve devant un fait accompli. »Le Sommet a adopté le rapport mais n'a pas réussi à convaincre les autorités burundaises de s'y joindre.

 

Adoptée sans opposition viable en mai 2018, la nouvelle constitution du Burundi confirme les pires craintes de Mkapa. Il démantèle les deux tiers des dispositions des accords d'Arusha, y compris la structure de partage du pouvoir soigneusement conçue. La présidence a maintenant le pouvoir de renverser le Parlement. De plus, les contrôles et quotas délicats qui régissaient les autres branches du gouvernement ont été annulés.

 

Cela comprend le secteur de la sécurité, qui a été restructuré de manière à permettre un contrôle plus fort du CNDD-FDD, violant les préceptes fondamentaux du professionnalisme militaire exigeant l'indépendance des militaires de la politique. Le parti au pouvoir avait toujours été extrêmement méfiant vis-à-vis des quotas des accords d’Arusha, qui assuraient une représentation à 50/50 des anciens mouvements hutu (y compris le CNDD-FDD) et des ex-Forces armées burundaises à majorité tutsie. Cet arrangement a contribué à l’une des initiatives de réforme du secteur de la sécurité les plus efficaces sur le continent.

 

Cependant, depuis 2015, le CNDD-FDD a procédé à une grande purge des ex-officiers du FAB, de nombreux assassinats ou enlèvements ayant eu lieu. Une loi adoptée en 2017 confère «le statut de force de réserve» aux Imbonerakure et les place au sein de l'armée, les décrivant comme des «citoyens formés de manière militaire à cette fin par l'armée et les anciens combattants du Burundi».

 

Mkapa considérait le recul de l'accord d'Arusha comme un affront car il avait joué un rôle central dans les accords de Arusha aux côtés de l'ancien président tanzanien Julius Nyerere et de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela. En février 2019, il a présenté un rapport au sommet de la CAE appelant à un réexamen de la nouvelle constitution du Burundi afin de conserver les dispositions d'Arusha intactes. Le sommet a adopté le rapport, mais il s’agissait bien d’un fait accompli car la CAE ne pouvait pas outrepasser la constitution d’un État membre.

 

Face à l'inaction de la CAE, Mkapa a démissionné peu de temps après le sommet.
Au moment où le CNDD-FDD se prépare pour les élections de 2020, l'intimidation, les disparitions, les meurtres et la rhétorique ethnique se multiplient. Perdu dans la tragédie burundaise, il est ironique de constater que Nkurunziza est en quête d'un troisième mandat en 2015. Bien que non annoncé, Nkurunziza devrait se présenter pour un quatrième mandat (porté à sept ans en vertu de la nouvelle constitution). autorisé à briguer un cinquième mandat en 2027. Nkurunziza a été officiellement désigné par son parti comme «Guide suprême pour l'éternité» en mars 2019, en raison de la structure politique qu'il a mise en place par la personnalité.

 

Inverser la descente du Burundi


En dépit d’un climat de stabilité, la crise burundaise fait rage et pèse lourdement sur la sécurité des civils, la gouvernance politique, le développement économique et social et la sécurité régionale en général. Comme lors des crises burundaises précédentes, il faudra faire appel à un engagement extérieur pour inverser cette spirale descendante compte tenu de la méfiance intense et des inégalités du pouvoir au niveau national. Un nouveau processus de paix en dehors de la CAE est nécessaire, compte tenu des intérêts divergents au sein de l'organisme régional. Il devrait faire intervenir un groupe plus large d’acteurs africains et internationaux et s’appuyer sur l’expérience de Mkapa depuis le processus de paix d’Arusha. Les membres survivants des équipes de médiation Mandela et Nyerere doivent également être consultés. Les parties à un processus de paix renouvelé doivent associer des représentants de toutes les composantes de l’environnement politique du Burundi, y compris de l’opposition nationale et exilée, et pas seulement des partis approuvés par le CNDD-FDD.

 

Prévoyant davantage d'exclusion, les élections de 2020 programmées risquent de saper les efforts visant à faire avancer le processus de paix et devraient être reportées au moment où elles seront supervisées conjointement par l'Union africaine et l'ONU et inspirer la confiance aux Burundais ordinaires pour que le processus soit libre et juste. . Compte tenu de l’intransigeance du CNDD-FDD à négocier avec l’opposition, les acteurs extérieurs doivent être prêts à exercer des pressions supplémentaires, y compris mais sans s'y limiter, des sanctions ciblées de la direction du CNDD-FDD.

 

Le fait que la crise burundaise soit auto-infligée signifie également que cela peut être résolu. De plus, une feuille de route pour cette résolution, les accords d'Arusha, a déjà été élaborée. Le défi pour les acteurs externes est de ramener les parties burundaises sur cette voie.

Tags: Politique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre