Octobre, le mois qui rappelle plusieurs grandes figures qui ont disparu

Octobre, le mois qui rappelle plusieurs grandes figures qui ont disparu

 

Le mois d’octobre de chaque année rappelle la mort de plusieurs personnalités, pour la plupart des révolutionnaires, qui ont péri après avoir changé le cours des choses dans leurs pays respectifs. Outre quelques cas exceptionnels, ces personnes sont mortes très jeunes. Nous allons dresser une liste de 7 personnalités qui sont mortes au mois d’octobre, les dates sont données dans un ordre chronologique, sans tenir compte des années de décès.

 

Le 13 octobre 1961, c’est l’assassinat du prince Louis Rwagasore à l’âge de 29 ans. Il est le père de l’indépendance du Burundi car de son combat politique, il est sorti vainqueur des élections législatives de septembre 1961, raflant ainsi 58 sièges sur 64. Il est proclamé 1er ministre du royaume du Burundi mais il sera tué peu de temps après.

 

Le 9 octobre 1967, Ernesto Che Guevara, d’origine argentine, trouve la mort, assassiné en Bolivie, à l’âge de 39 ans. Il est présenté comme un révolutionnaire marxiste-léniniste et internationaliste ainsi qu’un homme politique d’Amérique latine. L’on saura que cet homme a dirigé la révolution cubaine qu’il a tenté d’ailleurs d’exporter sans succès en Bolivie et au Congo.

 

En date du 6 octobre 1981, le président égyptien, Anouar El Sadate, tombe sous les balles de l’armée, à 62 ans. Il avait négocié et obtenu les accords de Camp David avec son homologue israélien, Menahem Begin, sous la médiation de l’ancien président américain Jimmy Carter. Ces derniers seront signés le 17 septembre 1978. Les Arabes ont vu en cet acte une trahison de la part de Sadate d’où la fusillade au stade du Caire. Les présidents arabes, comme notamment le guide libyen Kadhafi, manifesteront leur satisfaction car ils ont ouvertement souhaité que la paix entre les Arabes et Israël meure comme Anouar El Sadate.

 

Le 2 octobre 1990, Fred Gisa Rwigyema, de son vrai nom Emmanuel Gisa, est tué au deuxième jour de l’offensive du Fpr contre le gouvernement de Juvénal Habyalimana, dans des circonstances obscures et non élucidées, à l’âge de 33 ans. Cet homme assassiné il y a tout juste 29 ans, est considéré comme l’un des héros de l’histoire du Rwanda bien qu’il ait passé la plus grande partie de sa vie en dehors du pays.

 

Le 15 octobre 1987, un autre révolutionnaire tombe sous les balles de ses compagnons de lutte. Il s’agir de Thomas Sankara, président du Burkina Faso, assassiné à l’âge de 37 ans. Il se définit comme un homme anti-impérialiste, révolutionnaire, socialiste, panafricaniste et tiers-mondiste.

Dans ses démarches, il apparaît comme un président embêtant, notamment à l’endroit de la France de François Mitterrand. Malgré son règne éphémère, (1983 - 1987), il finit par incarner sa révolution dans son pays des hommes intègres. Plus de 30 ans plus tard, l’on ne connait pas encore les motifs de son assassinat.

Les Africains sont des spécialistes en matière de falsification car, dans un livre intitulé "Il s’appelait Sankara", de Andriamirado Sennen, il est un passage qui est surprenant car il y a une attestation de décès officielle délivrée par l’hôpital de Ouagadougou et qui prouve que Thomas Sankara est décédé d’une mort naturelle à Ouagadougou, la capitale de son pays.

 

Le 21 octobre 1993, ce fut l’assassinat du premier président hutu démocratiquement élu, Melchior Ndadaye, à l’âge de 40 ans par un groupe de militaires tutsi, qui dominaient l’armée à l’époque des faits. Melchior Ndadaye et toute son équipe avaient pu introduire la démocratie dans le pays dirigé par un seul parti politique depuis près de 40 ans.Malheureusement pour lui, il sera la première victime de l’implantation de la démocratie car trois mois seulement après son investiture, il a été assassiné. Après son assassinat, sa formation politique, le Frodebu, intenta un procès mais jusqu’à présent, 26 ans après, la justice n’a pas encore révélé les circonstances et les mobiles de son assassinat

 

Le 16 octobre 2016, c’est la mort aux Etats-Unis de Kigeli V Ndahindurwa, le dernier roi du Rwanda (1959 - 1961). Aussitôt chassé du pouvoir, il a quitté le Rwanda et sa révolution à lui a consisté à ne pas se marier car il était strictement interdit aux rois du Rwanda de prendre femme en dehors de leurs royaumes. Né en 1936, il mourra célibataire à l’âge de 80 ans.

 

Tags: Politique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre