Burundi: Un Etat africain au bord de la violence

Burundi: Un Etat africain au bord de la violence

28/10/2019

 

 

 

 

 

Henry Srebrnik est professeur de sciences politiques à l'Université de Prince Edward Island

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup d'entre nous se souviennent encore de l'horrible génocide qui s'est produit au Rwanda il y a 25 ans, au cours duquel plus d'un million de personnes ont été massacrées en seulement trois mois.

Mais ce petit pays d’Afrique de l’Est a une «image inversée» comme son voisin du sud, avec des troubles ethniques similaires. Cela conduit à la même menace toujours présente de violence massive.

Au Burundi, à l'instar du Rwanda, 85% de la population est d'origine ethnique hutu et 15% est tutsie. Mais contrairement au Rwanda, le pays est dirigé par un régime oppressif Hutu.

Depuis l'indépendance en 1962, deux événements ont été qualifiés de génocides au Burundi: le massacre massif de Hutus en 1972 par l'armée à domination tutsie et les massacres de masse de Tutsis en 1993 par la population à majorité hutue.


Le président Pierre Nkurunziza dirige le pays depuis 2005 et a remporté les élections à la fin des 12 années de guerre civile qui ont coûté la vie à plus de 300 000 personnes.

Le Burundi doit tenir des élections le 20 mai prochain, cinq ans après que la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat en 2015 ait déclenché une vague de troubles.

 

Nkurunziza a été nommé par le Conseil national pour la défense de la démocratie - Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), au pouvoir. Plus de deux mois de manifestations anti-Nkurunziza, souvent réprimées avec violence, ont fait au moins 100 morts.

 

Une tentative de coup d'Etat a eu lieu alors que Nkurunziza était hors du pays. Face à la résistance des partisans de Nkurunziza, il s’est effondré. Les médias indépendants ont été fermés et de nombreux opposants ont pris la fuite.

Depuis lors, au moins 1 200 personnes ont été tuées et plus de 400 000 autres ont été déplacées, en particulier en Tanzanie, selon la Cour pénale internationale (CPI), qui a ouvert une enquête.

 

Les relations entre Nkurunziza et l'Église catholique, auxquelles appartiennent la majorité des Burundais, sont tendues depuis que l'Église s'est opposée à sa candidature pour un troisième mandat en 2015, affirmant qu'il s'agissait d'une violation de la constitution.

 

 

Rien de tout cela semble avoir eu beaucoup d'effet. En mars 2018, le CNDD-FDD a désigné Nkurunziza «guide suprême éternel du pays».

Un référendum deux mois plus tard, les Burundais ont massivement voté pour des réformes constitutionnelles qui pourraient lui permettre de rester en poste jusqu'en 2034, bien qu'il ait déclaré qu'il ne se représenterait pas l'année prochaine.

 

Le gouvernement burundais a également été extrêmement critique à l'égard des rapports publiés par des organisations internationales. En décembre dernier, le bureau des droits de l'homme des Nations Unies dans la capitale, Bujumbura, a été fermé après 23 ans, qualifiant de mensonges leurs enquêtes sur des crimes contre l'humanité.

Les Imbonerakure, la ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, ont été accusés de meurtres, d'enlèvements, d'arrestations arbitraires, d'actes de torture et de viols.

 

Depuis que le ministère des Affaires intérieures a approuvé un nouveau parti politique, le Congrès national pour la liberté, en février, ses bureaux à travers le pays ont été à plusieurs reprises vandalisés.

Nkurunziza a annoncé qu'il ne se présenterait pas aux élections de 2020, mais quelle que soit sa décision, il est peu probable que cela résolve les problèmes qui sévissent au Burundi.

 

L’économie burundaise, qui s’étouffe lentement sous l’impact des sanctions économiques, suscite de plus en plus d’inquiétudes.

Cela pourrait forcer le président et ses partisans extrémistes à rechercher des opposants afin d'atténuer l'aggravation de la crise.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre