Rwasa toujours en silence devant la violence contre ses partisans: une erreur ou une stratégie bien pensée?

Rwasa toujours en silence devant la violence contre ses partisans: une erreur ou une stratégie bien pensée?

29/10/2019

 Un militant du CNL grièvement blessé à Rugazi dans la province de Bubanza

 

 

Le renforcement politique d'Agathon Rwasa, l'actuel vice-président de l'Assemblée nationale, ancien dirigeant des FNL et fondateur du nouveau Congrès de libération nationale hutu - CNL - inquiète le régime. Rwasa est dangereux parce que son politicien habile lui a permis de se présenter comme une alternative ethnique aux masses paysannes hutu qui en ont marre de Nkurunziza et du CNDD-FDD. Rwasa profite également du profond malaise de la base du CNDD-FDD et de l'appareil administratif associé.

 

De nombreux simples militants, responsables du parti, administrateurs locaux et gouverneurs évoquent la possibilité de passer à la LNC et de suivre le mouvement du vainqueur avant qu'il ne soit trop tard. Malgré les exécutions extrajudiciaires systématiques des cadres du parti CNL, mises en œuvre par des éléments terroristes des FDLR et les milices Imbonerakure, le régime ne peut pas physiquement liquider Rwasa. Son assassinat déclencherait une guerre civile entre les Hutus. C'est le point fort de l'astucieux "war lord" qui sent déjà la victoire dans ses poches aux élections de 2020 et du futur chef du pays.

 


Toujours dans le fief électoral de Nkurunziza, Ngozi (sa province natale), le CNDD-FDD perd du terrain au profit du CNL de Rwasa. Pour contrer cette hémorragie de votes et de partisans, le régime utilise les Imbonerakure pour supprimer toute dissidence et ramener la population à l'obéissance. Différents cadres du CNL ont été arrêtés et torturés, ce qui accroît la frustration et la colère des masses hutu de Ngozi, qui se voient désormais traitées comme des ennemis par l'homme qui est né dans leur province et qui a toujours été considéré comme leur fils protecteur.

 

Pas seulement Rwasa, les autres acteurs clés s'opposent à une dictature 

 

Les autres acteurs clés du pays sont contre une dictature féroce qui semble enfoncer les masses paysannes dans une misère atroce et le pays vers une faillite. 

 

La puissante église catholique se prépare à une collision frontale avec le CNDD-FDD et Nkurunziza. Elle a récemment confronté le CNDD-FDD et le régime de Nkurunziza pour les atrocités commises dans le pays. Les évêques burundais sont prêts à rivaliser avec les évêques congolais, s'engageant dans la lutte pour une élection non truquée avec tout le poids moral de l'Église catholique, à dresser une barrière contre Nkurunziza et le CNDD-FDD, contribuant ainsi à leur défaite aux urnes.


L’Église adventiste du septième jour semble également promouvoir un programme contre la faillite du pays de Nkurunziza. Le régime tente de mettre fin à cet activisme patriotique par l'arrestation du président de l'Union adventiste burundaise, Lamec Narishinga, qui s'est déroulée jeudi à l'aéroport, alors qu'il s'embarquait pour Nairobi afin d'assister à une réunion régionale de fin de l'année. Le président des adventistes du monde entier, Ted N.C. Wilson a adressé une lettre au gouvernement burundais pour dénoncer l'arrestation arbitraire de son représentant au Burundi. Le pasteur Wilson a également écrit aux fidèles burundais pour les encourager à dénoncer la brutalité du régime.

 

L'interférence perçue par le pouvoir de la part des adventistes surchauffe le climat électoral, rendant difficile la tenue d'élections crédibles. D'ailleurs, il n’est pas certain que le calendrier électoral soit maintenu. Selon certaines rumeurs, Nkurunziza aurait été dans l'impossibilité de prolonger son règne en présentant sa femme, Denise Nkurunziza, à la présidence. Cela place le dictateur devant un choix difficile pour la succession. Le candidat le plus probable, le président du CNDD-FDD, Evariste Ndayishimiye dit Never, est soupçonné d'avoir comploté avec le général Bunyoni pour évincer le guide suprême. Proposer un quatrième mandat équivaut à un suicide, compte tenu de la réaction de la communauté internationale à la candidature de Joseph Kabila au Congo en 2016.


En ce moment, le dictateur tente de gagner du temps pour réorganiser et reconstruire les forces restantes et vaincre ses ennemis internes et externes. Cette tactique de procrastination a commencé avant la bataille de Bubanza, qui a radicalement changé toutes les stratégies étudiées, souvent de courte durée. À présent, le régime est confronté à une résurgence  des groupes rebelles,qui semblent déterminés à lancer un processus de libération du pays.

 

La présence des rebelles au Burundi et leurs projets ne sont toujours pas clairs, mais le régime s’inquiète, bien qu’il offre officiellement une image de tranquillité pour donner l’impression qu'il contrôle toujours la situation.

 

 

Dernière carte à jouer: gouvernement d'union nationale

 

Nkurunziza aurait une dernière carte à jouer: reporter les élections et créer un gouvernement d'union nationale avec des membres de l'opposition et des partis mineurs dûment achetés. Les rencontres qui se sont déroulées du 30 août au 1er septembre à Nairobi et au mois d'octobre à Bujumbura entre la faction modérée du CNDD-FDD et la plateforme politique de l'opposition en exil, le CNARED, représentée par Anicet Niyonkuru, suggèrent que Nkurunziza est déjà en train de se diriger vers cette solution.

 

 

 Dr Jean Minani et Anicet Niyonkuru sont deux des membres du CNARED beaucoup plus affaiblis qui veulent s'associer au régime de Nkurunziza

 

Un gouvernement d'union nationale et une transition formés au cas par cas permettraient au régime de survivre, affaibliraient l'opposition par la participation au gouvernement du CNARED et ouvriraient la voie à une détente avec la communauté internationale. Bien étudié, le gouvernement d'unité nationale pourrait être interprété par les puissances occidentales non pas comme un stratagème à court terme, mais comme une ouverture encourageante au processus démocratique.


Ce projet alternatif est maintenant difficile à appliquer en raison de la présence de rebelles sur le territoire national. Le RED Tabara sont des forces politiques incorruptibles et peu enclines à faire des compromis. Dans leur mentalité militaire, l’objectif est de renverser le CNDD-FDD, Nkurunziza, les Imbonerakure et chasser les FDLR du territoire burundais afin d’éviter un génocide qui, tôt ou tard, se produira, si les elements du régime remplis de l’idéologie Hutu Power restent au pouvoir pour longtemps.


Au sein de la situation politique complexe et fragile du Burundi, les FDLR continuent à jouer un rôle décisif. Bien que forcés sur la défensive dans l'est du Congo en raison des offensives conjointes entre le Congo et le Rwanda, les FDLR possèdent encore une bonne force militaire et sont bien armés grâce aux armes offertes au régime burundais par la France et la Russie. Ils sont conscients que leur présence devient de plus en plus embarrassante pour Nkurunziza.


Dans le cas d'un gouvernement d'union nationale créé par le dictateur, les FDLR serraient exclus du jeu. Dans le cas d'une victoire militaire rebelle, ils pourraient être annihilés. Les FDLR, dont le nom semble terroriser presque tous les analystes politiques te journalistes, jusqu’à ne pas en parler dans les analyses politiques burundaises, continueront de jouer un rôle décisif dans le sort du pays, dans la mesure où elles risquent de subir des défaites militaires, risquent d'être annihilés; et leur lutte pour leur survie sera déterminée, dure et violente.

 

Y'a t-il une stratégie derrière le silence assourdissant de Rwasa face aux violence contre ses partisans? 

 

Rwasa est conscient de toutes ces vulnérabilités et a judicieusement choisi de ne pas faire de bruit, même si ses membres sont tués tous les jours dans tout le pays.

Des questions commencent a être soulevées:  a-t-il décidé de sacrifier ses membres pour sa réussite politique? Pourquoi accepte t-il de continuer a jouer le jeu offert par le régime et ne semble pas vouloir déclarer que la situation au Burundi n'est pas compatible avec des élections libres et équitables?

 

 Un membre du CNL agressé et blessé par les imbonerakure dans la province de Bubanza

 

 

Rwasa sait qu'il est la seule alternative viable au CNDD-FDD et il voit ses chances de prendre le pouvoir. Il a mené la guerre de guérilla plus longtemps que le FDD et n'a pas bénéficié du partage du pouvoir qui a suivi les accords d'Arusha. Il ne veut certainement pas rater sa chance. Il sait qu'il a commis une erreur stratégique dans les préparations des accords d'Arusha. Il croyait encore fermement dans l’idéologie du Hutu Power, ce qui a créé pour lui un angle mort politique majeur qui l'a empêché de voir clair et se positionner pour profiter des dividendes d'une guerre "gagnée". 

 

Depuis 2005, il ne s'est jamais approché des sphères du pouvoir. Même maintenant qu'il est vice président de l'assemble national, il reste loin des zones décisionnelles du pouvoir. Il semble déterminé à éviter les erreurs commises par le passé. Il considère peut-être cette violence infligée à ses partisans comme une guerre ouverte dans laquelle certains combattants doivent périr pour le plus grand bien.

 

Cependant, cette stratégie d'apaisement adoptée par Rwasa soulève des questions: a-t-il raison d'ignorer la violence contre ses partisans et de continuer à prétendre que la situation actuelle au Burundi est compatible avec des élections libres et équitables? N'est-ce pas une autre erreur monumentale qu'il va vivre à regretter? Tout sacrifier pour le pouvoir, est-ce une chose morale à faire?Et s’il accédait au pouvoir, sera-t-il différent de ses amis rebelles avec lesquels il a combattu les tutsis?

 

Le temps nous le dira.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre