L'OBR présente des chiffres qui font tourner la tête: 9.7% de croissance de recettes fiscales dans une économie en régression depuis 2015

L'OBR présente des chiffres qui font tourner la tête: 9.7% de croissance de recettes fiscales dans une économie en régression depuis 2015

30/10/2019

 Audace Niyonzima, commissaire de l'Office Burundais de Revenus

 

Ce qui est clair, l'OBR va avoir de la peine pour faire entrer 900 milliards de francs burundais étant donné que l’économie est pleine régression suite au manque de devises sans lesquelles les entreprises locales ne peuvent rien importer. Entre temps l'OBR compte sur « l’abnégation, le dévouement et le professionnalisme affichés par le personnel de l’OBR, une prédisposition précieuse qui permet l’atteinte des résultats aussi satisfaisants» pour faire sortir les 900 milliards d'une économie moribonde.

 

 

Le bureau des revenus au Burundi vient de donner des chiffres qui doivent faire peur aux analystes économiques. Il n'est secret pour personne que l’économie burundaise est en régression depuis 2015. La croissance économique est passée d'un état anémique avant la crise déclenchée en 2015 par la volonté du président Nkurunziza de briguer un mandat de trop, et a fait une incursion en territoire négatif territoire négatif en 2016. 

 

Depuis, faute de solution négociée à la crise et a cause de sanctions persistantes de la part des donateurs d'aide, l'économie burundaise peine à sortir de ce territoire négatif. Récemment, le manque de devises étrangères comme le dollars a sévèrement touché l'économie et beaucoup craignent que la récession ne s'aggrave. 

 

Malgré cet état moribond de l’économie, l'OBR vient d'annoncer que les recettes fiscale vont connaitre une augmentation de 9.7%. En effet les recettes fiscales pour cette année sont estimées à 900 milliards de francs burundais ( à peu près 450 millions de dollars américains). 

 

En même temps, Domicien Ndihokubwayo, le ministre des finances annonçait au mois de mai au parlement que 88% du budget national serait financé par les recettes internes. Ce budget qui s’élève à 1,5 billion de francs (équivalent de 824,84 millions de dollars au mois de mais) ne peut pas être financé a 88% par des revenues internes. Les 900 milliards que l'OBR compte faire entrer dans les coffres de l’état ne constitue que 54% du budget. D’où viendra alors les 46% qui manquent. 

 

Ce qui est clair, l'OBR va avoir de la peine pour faire entrer 900 milliards de francs burundais étant donné que l’économie est pleine régression suite au manque de devises sans lesquelles les entreprises locales ne peuvent rien importer. Entre temps l'OBR compte sur « l’abnégation, le dévouement et le professionnalisme affichés par le personnel de l’OBR, une prédisposition précieuse qui permet l’atteinte des résultats aussi satisfaisants» pour faire sortir les 900 milliards d'une économie moribonde. 

 

Sur base de ces chiffres alarmants, on comprend la raison d’être des mesures prises récemment par la banque centrale de mettre une main sur toutes les devises en circulation et les faire transiter par ses guichets. 

 

L'économie est en chute libre et aucune solution n'apparaît à l'horizon. Au contraire, la situation risque de dégénérer en un véritable chaos si les élections prévues finissent par créer une violence plus généralisée.

 

 

 

Tags: Politique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre