Michel Kafando jette l'éponge

Michel Kafando jette l'éponge

31/10/2019

Michel Kafando vient demissioner dans son role de l'envoyé spécial du SG de l'ONU au Burundi

 

L'Envoyé spécial du SG de l'ONU au Burundi, Michel Kafando a présenté sa démission, deux ans et demie après sa nomination.

Michel Kafando «a confirmé aux membres du Conseil de sécurité la fin de sa mission comme Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour le Burundi», a rapporté l'ONU sur son site.

L'Envoyé spécial du SG de l'ONU au Burundi l'a déclaré mercredi  devant le Conseil de sécurité lors de sa communication sur situation au Burundi au cours du dernier trimestre.

Tout en regrettant l'échec du dialogue inter-burundais, Michel Kafando a déclaré que «le rôle de l'ONU n'est pas négligeable».

«Même si nous n'avons pas gagné la bataille du dialogue au Burundi, le rôle des Nations Unies est loin d'avoir été négligeable», a-t-il souligné, en ajoutant que  « la situation au Burundi demeure tendue».

En deux ans et demi de mission, Michel Kafando n'aura été reçu qu'une seule fois par le Président burundais, Pierre Nkurunziza. C'était au lendemain de sa nomination le 27 juin 2017 comme Envoyé de l'ONU pour le Burundi.

«Les espoirs nés de cette première rencontre avec le chef de l'Etat du Burundi, notamment sur les questions liées au dialogue et à la coopération avec l'ONU, dont la signature du SOMA (accord sur le statut de la mission), n'ont malheureusement pas encore abouti », a-t-il déploré.

Les autorités burundaises n'ont pas encore officiellement réagi à cette déclaration.

Ancien président intérimaire du Burkina Faso, Michel Kafando a été nommé en mai 2017 comme nouvel émissaire des Nations unies au Burundi.

Sa feuille de route fixée par António Guterres, le secrétaire général de l'ONU, était de « mener et de coordonner les efforts politiques des Nations Unies pour promouvoir la paix et le développement durable au Burundi ».

Il devait également apporter « son assistance aux efforts de la Communauté des États d'Afrique de l'Est en vue d'un dialogue politique entre les acteurs burundais ».

Michel Kafando met fin à sa mission à sept mois des élections générales au Burundi.

Les relations entre le Burundi et les Nations unies sont au plus mal depuis plus de quatre ans.

En mars dernier, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a fermé son bureau à Bujumbura, trois mois après la demande des autorités burundaises. Les activités de l'agence onusienne étaient suspendues depuis 2016.

Le Burundi traverse une grave crise politique émaillée de violences depuis la candidature du président Pierre Nkurunziza, en avril 2015, à un troisième mandat controversé et sa réélection en juillet de la même année.

Ces violences ont déjà fait plus de 1000 morts et ont poussé plus de 340 mille personnes à l'exil selon l'ONU et les ONGs.

Tags: Politique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre