Au fur et à mesure que les Burundais s’approchent des élections de 2020, l’appareil répressif du Cndd-Fdd ne laisse aucun temps de répit aux partis politiques de l’opposition

01/11/2019

Un membre du CNL blessé par les imbonerakure, jeunes du parti CNDD-FD

 

 

Comme le congrès national de la liberté, Cnl, est le seul challenger du parti au pouvoir en termes d’effectif de membres, il subit au quotidien les pires formes de harcèlement qui cachent mal une intolérance politique abominable.

 

A travers tout le pays, les sources d’information nous rabâchent des cas de démolition des permanences communales, zonales et collinaires, d’arrestation, d’emprisonnement, de torture et d’assassinat des militants du Cnl.

 

L’exemple en vue est celui qui s’est passé hier sur la colline Mutara, dans la province de Kirundo. M. Essau Mvuyekure, âgé de plus de 50 ans, a été attaqué par un groupe de membres de la ligue des jeunes du parti Cndd-Fdd, Imbonerakure. Il a été déchiqueté à l’aide d’une machette par un groupe des Imbonerakure dirigé par Gérard Minani, connu sous le sobriquet de Sempa. N’eut été l’intervention de la population locale, il aurait trouvé la mort sur le champ. Il a été directement admis dans une structure de soins où il est sous traitement intensif car il a reçu des coups de machette au niveau du bras droit et du dos.

 

Mais le présumé bourreau nie les faits et assure qu’il s’agit plutôt d’un montage visant à ternir son image et celle de la ligue des jeunes du parti au pouvoir sans contester qu’il connait la victime tout en se montrant compatissant à la situation critique dans laquelle se trouve Essau Mvuyekure.

 

Toujours dans cette même province de Kirundo, plus précisément sur la colline Butahana, au chef-lieu de la commune Gitobe, la permanence du parti Cnl a été détruite hier par des personnes non encore identifiées.

 

Selon des informations en provenance de Gitobe, cette permanence a été détruite au-delà de 2 heures du matin par des gens qui entonnaient et chantaient des chansons hostiles au parti Cnl. Ces malfaiteurs sont repartis sans être inquiétés même si la position des agents de sécurité se trouve à moins de 800 m du site de cette permanence.

 

Cette recrudescence de l’intolérance politique refait surface après la mise en garde du secrétaire général du Cndd-Fdd à l’endroit de quiconque contreviendrait à la loi en matière de sécurité.

 

Face à cette situation, l’appareil administratif et le parti au pouvoir ne devraient pas continuer à jouer aux abonnés absents pour que leur challenger souffre et prenne le mal en patience afin que les irréductibles membres du Cnl soient poussés à prendre le large. Voila le jeu aux prolongations qu’impose le Cndd-Fdd à son adversaire politique pour que lors des élections, le Cnl soit vidé de ses membres sous le coup de la terreur

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre