Pierre Nkurunziza dégaine son sabre pour faucher tout fauteur de troubles à la veille des élections

Pierre Nkurunziza dégaine son sabre pour faucher tout fauteur de troubles à la veille des élections

06/11/2019

 

 

A six mois des élections générales au Burundi, le président Pierre Nkurunziza promet d’en découdre avec tous ceux qui tenteraient de perturber ce processus électoral.

Cette mise en garde fait mardi depuis Gitega, nouvelle capitale politique du Burundi, a été relayée par son propre porte-parole, Jean Claude Karerwa Ndenzako.

 

À six mois des élections, le président burundais sait que «certains pourraient être tentés d'adopter un autre comportement antisocial», a déclaré le porte-parole du président burundais via son compte twitter.

 

Il promet de « prendre des mesures sévères contre ces gens», a-t-il ajouté.

La mise en garde vaut son pesant d’or. Elle intervient au lendemain d’une attaque rebelle pérpétrée par des éléments du mouvement Red-Tabara (Résistance pour un Etat de droit) dans la province de Bubanza.

 

Selon des témoignages concordants, Pierre Nkurunziza a lâché dans et autour de la Kibira des milliers de soldats, policiers et autres Imbonerakure pour les traquer.

Quelques éléments rebelles interceptés ont été publiquement lynchés dans Bubanza pour tuer dans l’œuf toute velléité de récidive.

Aujourd’hui, les provinces de Bubanza et Cibitoke font objet d’une patrouille jamais vue par le passé.

 

Mercredi, plusieurs policiers et militaires lourdement armés ont investi le chef-lieu de la commune de Rugombo pour débusquer d’éventuels irréguliers. Après cette opération surprise, au moins 80 personnes dont une dizaine de Rwandais ont été arrêtées.

Certains habitants accusent des policiers d’avoir volé de l’argent lors de la fouille, ce que naturellement nie la hiérarchie de ce corps de sécurité.

 

Selon Moïse Nkurunziza, porte-parole adjoint de la police burundaise, les Burundais appréhendés devront payer des amendes  allant de 2 à 5 mille francs Bu. Les Rwandais seront refoulés.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre