Près de 100 personnes dont des rwandais et congolais arrêtées à l'Ouest du Burundi

Près de 100 personnes dont des rwandais et congolais arrêtées à l'Ouest du Burundi

07/11/2019

 

 

 

 

Mardi, la police et l'armée burundaises ont mené une opération conjointe de fouille perquisition à l'Ouest du pays dans la commune de Rugombo, province Cibitoke.

 

Selon les administratifs à la base et les habitants de cette localité située non loin de la frontière burundo-congolaise, plusieurs policiers et militaires lourdement armés ont investi le chef-lieu de la commune de Rugombo dès l'aube.  Personne n'était autorisé de quitter sa maison. Même les élèves, enseignants et autres fonctionnaires de l'Etat.

 

Cependant, il y a des informations comme quoi, la fouille était sélective et ne visait que des opposants ou des suspectés ennemis du parti au pouvoir. Par exemple, les ménages des membres du parti au pouvoir n'ont pas été fouillés, selon  toujours les mêmes informations.

 

La police a annoncé avoir interpellé près de 100 "irréguliers". Parmi eux, plus de 80 burundais, plus de 10 rwandais et des congolais.  Parmi ces étrangers surtout rwandais, il y en a ceux qui venaient de passer plus de 20 ans dans la commune de Rugombo. Une somme d'argent non encore connue aurait été volée par ces éléments de la police et de l'armée.

 

Le porte parole de la police a souligné que les burundais appréhendés devront payer des amendes  avant d'être relâchés. Pour ces étrangers  Rwandais et Congolais, ils devront être refoulés. 

 

Fin octobre dernier, cette partie de l'Ouest du Burundi a été la cible d'une attaque des rebelles en provenance de la RDC. La province de Bubanza qui a servi de passage aux rebelles pour aller dans la réserve de la Kibira est frontalière avec la commune de Rugombe qui a fait objet de cette fouille perquisition. 

 

Selon la police, les forces de l'ordre et de sécurité avaient eu des informations faisant état d'infiltration de personnes armées. 

 

Dans cette partie de l'ouest du pays circulent de nombreux militaires, policiers et civils, armés jusqu'au dent. La police a signifié qu'ils veulent contrecarrer toute éventuelle infiltration étrangère. 

 

Ils regrettent ces combats qui les ont opposé aux rebelles du "Red-Tabara", un groupe qui a revendiqué l'attaque qui a fait au moins 14 morts coté "ennemis". Ce bilan n'est pas reconnu par les "assaillants" qui parlent de "pertes légères" de leur coté et de "perte lourde" coté armée régulière.

 

Situées à la frontière avec l'est de la République démocratique du Congo, les province de Bubanza et Cibitoke sont souvent le théâtre d'affrontements entre des militaires et policiers burundais et des groupes rebelles qui sapent le régime de Pierre Nkurunziza.

 

La dernière attaque meurtrière a eu lieu l'année dernière, à quelques jours du référendum constitutionnel. Cette attaque avait fait au moins 26 morts à Ruhagarika.

 

Très actif dans l'est de la République démocratique du Congo, voisine, RED-Tabara est un des mouvements rebelles burundais qui sapent le régime en place depuis le début de la crise de 2015 liée au 3ème mandat du président Nkurunziza.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre