Nkurunziza essaie de vendre son "héritage" pour regagner le soutien de la communauté internationale

12/11/2019

 

 

Au milieu des incertitudes quant à la détermination du Burundi à organiser des élections crédibles en mai 2020, le président Pierre Nkurunziza essaie de vendre un héritage élogieux improbable pour que son administration soit réintégrée dans la communauté internationale.

 

Isolés par l'Union européenne, les États-Unis et les pays voisins de l'EA après avoir réussi à se maintenir au pouvoir pour un troisième mandat controversé en 2015, le président Nkurunziza préside sur un gouvernement qui manque tellement de fonds que les fonctionnaires ont dû être forcés de "faire des contributions" malgré leurs salaires maigres pour financer les prochaines élections.

 

L’engagement qu’il a pris de ne pas se présenter en 2020 pour un autre mandat, comme l’a répété la semaine dernière le représentant du Burundi au Conseil de sécurité des Nations Unies, a suscité des appels urgents au développement et à l’aide humanitaire, alors que le gouvernement vise «bientôt» l’autofinancement.

 

Dans un rapport au Conseil de sécurité du 31 octobre, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré que le président Nkurunziza considérait que les trois objectifs principaux de son mandat - la paix, la sécurité et la justice pour tous; bonne gouvernance et démocratie; développement inclusif et durable - ont été atteints.

 

 

La décision du président Nkurunziza de ne pas briguer un autre mandat en dépit de la Constitution de 2018, est l'un des «gestes positifs» sur lesquels le gouvernement compte pour persuader la communauté internationale que les prochaines élections seront transparentes, libres et équitables. 

 

Le ministre burundais des Affaires étrangères, Ezechiel Nibigira, a déclaré à l'Assemblée générale des Nations Unies le 30 septembre que la promotion de la liberté d'expression et la création de nouveaux partis politiques, la réintégration des réfugiés et des exilés politiques et la libération de plus de 2 000 prisonniers depuis le début de l'année , ont été parmi les réalisations positives au pays.

 

Le Burundi a obtenu le soutien de la Russie et de la France, qui votent régulièrement pour les voeux des gouvernements africains, bien que les 13 autres membres du Conseil de sécurité préconisent la prudence compte tenu de l'intolérance perpétrée par la milice pro gouvernementale Imbonerakure et de la restriction de l'espace démocratique pour les opposants. 

 

L’engagement du Président Nkurunziza de ne pas se représenter pour sa propre succession sera mis à l’épreuve lorsque le CNDD-FDD choisira son candidat au début de l’année prochaine.

 

Lorsque le président Nkurunziza a annoncé pour la première fois qu'il ne se représenterait pas, il a déclaré que la constitution n'avait pas été changée pour lui, mais pour préserver la stabilité du pays.

 

La voie vers les prochaines élections est encore longue, étant donné que les violences continuent de gâcher de temps en temps la période préélectorale et les arrestations arbitraires dirigées contre des membres des CNL d'Agathon Rwasa.

 

"Cette période ne doit pas être marquée par des discours de haine, et les droits des médias ne peuvent pas être restreints", a déclaré Marc Pecsteen de Buytswerve, représentant permanent de la Belgique auprès des Nations Unies.

 

La commission d'enquête a déclaré que les exécutions extrajudiciaires, les disparitions forcées, les arrestations et les détentions arbitraires, les traitements déshumanisant et les violences sexuelles se poursuivaient depuis mai 2018 et avaient pris une dimension politique.

 

Les opposants politiques, leurs membres et leurs sympathisants ont été pris pour cibles pour ne pas avoir adhéré ni soutenu le CNDD-FDD, le président Nkurunziza et la branche jeunesse des Imbonerakure.

 

«Des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme ont également continué à être arrêtés et détenus, intimidés, harcelés ou soumis à des mauvais traitements pour les empêcher de mener à bien leurs activités légitimes», a déclaré la commission.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre