L’esprit rebelle titille encore Pierre Nkurunziza

18/11/2019

 Pierre Nkurunzia lors de ses années de maquis 

 

Seize ans après avoir officiellement enterré la hache de guerre, le Président burundais Pierre Nkurunziza peine encore à tourner cette sombre page.

 

Tous les ans, il ressasse chaque année ses «forfaits » et s’en vante publiquement à chaque journée nationale du combattant.

 

C’était le cas samedi dernier lors des cérémonies de clôture de la semaine dédiée au combattant organisée par le parti CNDD-FDD dans la vallée de Buhunda, près de la rivière Muhunguzi en commune Mubimbi dans la province de Bujumbura.

 

A cette occasion, Pierre Nkurunziza ne tarissait pas d’éloge à l’intention des « vaillants combattants qui ont pris le devant dans toutes les générations, pour s’offrir en sacrifice pour l’intérêt primordial de la nation ».

 

« Ces vaillants combattants n'ont pas joui du fruit de leur abnégation mais ils ont permis aux générations suivantes de vivre en paix et d'atteindre un certain niveau de développement », a t-il souligné.

 

Parlant de l’honnêteté, du courage, de la loyauté, du patriotisme et de la bravoure qui sont des valeurs qui caractérisaient l’unité des combattants sur le champ de bataille, Pierre Nkurunziza a nargué ses compagnons du parti CNDD-FDD qui ont pris la voie de la fronde en 2015 avant de se barrer vers l’Occident.

 

« Certains membres du CNDD-FDD en collaboration avec d’autres gens mal intentionnés ont tenté de renversé le pouvoir mais en vain, le Burundi a propulsé un pas remarquable vers le développement », a-t-il déclaré.

 

Malgré cet épisode de trahison entre ex-combattants, le bilan de Pierre Nkurunziza est fantastique, à ses yeux.  Il y a lieu de citer, à titre illustratif, « une nouvelle Constitution plaçant Dieu en première position a été votée, financée par les burundais sans aide extérieure et promulguée par le Président de la République. Le Plan National de Développement a été élaboré par les burundais; la construction en cours du temple d'alliance avec Dieu ainsi que les enseignements sur les principes moraux de la société burundaise ».

 

Voilà pour le satisfecit de Pierre Nkurunziza qui tranche avec la grisaille générale qui caractérise le pays, après près de 15 ans de son règne.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre