Élections 2020 : Cap sur un diabolique plan d’en finir d’abord avec les Tutsis, opposants et autres renégats (Ibipinga)

26/11/2019

 Imbonerakure portant des imitations d'armes à feu

 

 

A moins de six mois des élections générales annoncées au Burundi, le régime en place concocte préalablement un pogrom inédit visant, pêle-mêle, les Tutsis, opposants et autres renégats (Ibipinga).

 

Son laboratoire méphistophélique est en province de Karuzi, plus précisément à la permanence provinciale du parti CNDD-FDD où, tous les vendredis nuit, se donnent rendez-vous les jeunes Imbonerakure de cette province afin d’affiner leur stratégie de la solution finale.

 

Feignant de se préparer aux travaux communautaires du lendemain (samedi), ils se font alors initier à un minutieux plan de faire taire toute voix discordante avant le jour J des autres élections de la discorde.

 

Selon des sources crédibles auprès du parti, si l’on en arrive à ce stade d’entrainement musclé des Imbonerakure, c’est qu’ils se sont déjà montrés incapables de décimer, sans appui, ces éléments gênants et irréductibles. Il leur faut donc un renforcement des capacités. Un encadrement soutenu.

 

Au sein du parti de l’aigle, les faucons ne cessent de réprimander ces Imbonerakure qui, selon eux, sont des «d’incapables». Simplement parce que leur macabre bilan est maigre au regard des tutsis et autres opposants déjà décimés.

 

Selon certaines indiscrétions, aucun tutsi, qu’il soit membre du CNDD-FDD ou non, ne doit être mis au courant de ce plan qui sera mis en œuvre dans tout le pays.

Mais comme tout finit par se savoir, leur stratégie est déjà connue de tous.

Ils envisagent en effet permuter, nuitamment et rapidement, les tueurs d’une province à l’autre en les adjoignant chaque fois d’un guide local chargé de leur montrer les ménages cibles.

 

Ainsi agiront-ils dans le plus total anonymat est le résultat sera impeccable.

Si rien n’est fait pour les en empêcher, le Burundi s’apprête à occuper une fois de plus la Une des médias locaux et étrangers sous le registre de l’hécatombe.

Que personne ne dise alors qu’il rien vu venir.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre