Le Burundi impute au Rwanda la foudroyante attaque de Cibitoke

04/12/2019

 

 

Au lendemain de l’enterrement des militaires burundais fauchés dans une ravageuse attaque armée pérpétrée dans la nuit du 16 au 17 novembre contre leur position de Mabayi, en province Cibitoke, le Burundi sort de ses gonds pour cracher sa haine poisseuse envers son voisin du nord, le Rwanda.

 

Kigali est en effet ouvertement accusé d’avoir planifié et exécuté cette meurtrière attaque aux allures d’un raid de haut vol tactique.

 

Selon les autorités burundaises, le Rwanda est coutumier de telles attaques. Car l’attaque de Cibitoke s’ajoute à beaucoup d’autres ayant expressément visé le Burundi à partir ru Rwanda.

 

«Pour la nième fois, le Gouvernement de la République du Burundi vient d’être victime d’une agression armée de la part d’un pays voisin le Rwanda dans la nuit du 16 au 17 novembre 2019», a déclaré jeudi dans un communiqué, Prosper Ntahorwamiye, secrétaire général et porte-parole du gouvernement.

 

Le Burundi s’étonne de l’inaction de la communauté internationale alors qu’il a tout fait pour implorer son intervention.

 

«Le Burundi déplore l’inertie des Instances Régionales et Internationales saisies par le Burundi».

«Le Gouvernement de la Le Burundi réitère son appel à l’ONU, à l’UA, à la CIRGL et à l’EAC pour jouer pleinement leurs rôles, notamment en matière du respect et de la mise en œuvre des Conventions tant Internationales que Régionales, particulièrement dans leurs dispositions relatives à la Justice, à la Paix, à la Défense et à la Sécurité».

 

« Si rien n’est fait, de tels agissements de la part du Rwanda  contre le Burundi constituent une menace pour la paix et la sécurité de toute la Région des Grands Lacs », martèle le Burundi.

 

Kigali n’a pas encore réagi

 

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2019, une position militaire entière a été décimée sur le mont Twinyoni en commune Mabayi.

 

On estime à plusieurs dizaines l’effectif des disparus.

 

Cette attaque a fait remonter la tension dans tout le pays. Le Maire de Bujumbura vient de prendre une série de mesures sécuritaires, notamment la fermeture des bistrots à 21 heures.

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre