Face aux problèmes auxquels le Burundi est confronté, Nkurunziza se me

Face aux problèmes auxquels le Burundi est confronté, Nkurunziza se met à genoux et fait appel à Dieu

03/01/2020

 

Le Burundi a annoncé une prière de six jours en janvier pour "remettre le pays entre les mains de Dieu".

 

Le président Pierre Nkurunziza a annoncé mercredi cette décision, affirmant que les six jours de prières aideraient à trouver des solutions à la myriade de défis auxquels fait face son pays.

 

Nkurunziza a fait une déclaration similaire il y a deux ans pour remercier Dieu pour ses interventions et pour le guider dans sa mission de présider sur les destinées de son pays et de ses 11 million de concitoyens.

 

Nkurunziza a exhorté tous les citoyens à se joindre à la recherche de l'intervention de Dieu pour le pays d'Afrique de l'Est.

 

Née le 18 décembre 1963, Nkurunzia, qui était autrefois un professeur d'éducation physique (sport) et ancien chef d'un groupe rebelle hutu, est devenu président du Burundi en 2005.

 

Le Burundi est plongé dans une crise politique depuis avril 2015, déclenchée par le forcing du président Nkurunziza pour un troisième mandat .

 

Nkurunzuza s'est présenté pour un troisième mandat, en contradiction avec la Constitution. Depuis, la cour de justice de la communauté de l'afrique de l'Est a rendu sa décision arguant qu'elle ne pouvait pas se prononcer sur le cas. Une décision que les proches du président Nkurunziza ont manipulée pour dire que la cour avait affirmé que le 3eme mandat n'avait pas violé la constitution. 

 

La crise déclenchée par ce forcing a fait des milliers de morts, des centaines de milliers d'exilés et cela a eu un impact négatif sur l’économie du pays. Abandonné pas les bailleurs de fonds, le pays qui dépendait d'aides budgétaires se trouve dans une crise économique grave. Recemment, le gouverneur de la banque centrale avait annoncé que le pays ne disposait d'assez de devises pour couvrir plus d'une semaine d'importations alors que la CEA en exige pour couvrir au minimum 3 mois d'importations. 

 

Pendant que le pays se prépare aux nouvelles élections en mai 2020 et auxquelles le président Nkurunziza ne compte pas participer, les répressions et abus de droits humains continuent. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a déclaré en 2016 que neuf charniers contenant des centaines corps avaient été identifiés, dont un sur une base de l'armée burundaise.

 

Son ascension au pouvoir pour un troisième mandat controversé a conduit à certains défis majeurs dans divers secteurs de l'économie, la vie sociale, l'éducation, entre autres. A la source de ces defis, on compte les sanctions économiques imposées les bailleurs de fonds ainsi que l'insécurité grandissante qui a créé une incertitude perpétuelle dans le milieu des affaires.  

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
J'aime
Please reload

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
Please reload

Nous suivre