Violations graves des droits humains au Burundi: Les femmes du CNDD-FDD contre une justice internationale

Femmes CNDD-FDD en manifestations contre l'ONU

 

Ce samedi 9 septembre 2017, le CNDD-FDD au pouvoir de Bujumbura a organisée des marches manifestations pour s’inscrire en faux contre le récent  rapport des enquêteurs des Nations Unies sur les graves violations des droits de l’homme au Burundi.

Dans les rues de la capitale burundaise, des femmes en générales vêtues des uniformes des différentes subdivisions des femmes du CNDD-FDD, avaient répondu à ses manifestations. Certaines d’elles sont venues de l’intérieur du pays dans des camions connus localement sous leur nom de marque Fuso. La marche manifestation de ce samedi a débuté au rond-point des Nations Unies de Ngagara vers le centre-ville Bujumbura. Arrivées  devant les bureaux de l’union européenne ces femmes ont fait un sit-in et celles qui avaient des enfants en ont profité pour les allaiter sous le soleil accablant de Bujumbura.

Lire aussi: Désormais, Nkurunziza sait qu’il plane sur sa tête une épée de Damoclès

Ce type de manifestations qui sont devenues une façon pour le pouvoir du CNDD-FDD de montrer leur mécontentement contre les rapports de l’ONU, dont le dernier traite des graves violations des droits de l’homme. Ces manifestations sont considérées par les opposant du pouvoir de Bujumbura comme nulles et sans effet et sont généralement vues comme des distractions populaires  et une façon dont les dirigeants utilisent pour éviter de traiter des causes profondes de la crise secoue le Burundi en ce moment. Pour les familles des victimes de ces violations c’est une façon de remuer le couteau dans la plaie du moment qu’elles n’ont pas encore eu justice pour ces crimes.

Chaque fois qu’il y a un clin d’œil ou dénonciation d’un ça-ne-va-pas, le CNDD-FDD organise des manifestations. Les plus récentes étaient dirigées tantôt contre le Rwanda, tantôt contre la Belgique, Union Européenne ou les Nations Unies. Une attitude qui selon certains observateurs rappelle le comportement du parti MRND, le Mouvement Révolutionnaire National pour le Développement  de l’ancien président Juvénal Habyarimana et de sa milice, les interahamwe des années 1993 au Rwanda, dont la réponse aux  condamnations internationales de leurs crimes était d’organiser des manifestations.

Partager sur vos réseaux:

Be the first to comment on "Violations graves des droits humains au Burundi: Les femmes du CNDD-FDD contre une justice internationale"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*