KWIBUKA 27 : Témoignage d'un Burundais rescapé du génocide contre les Tutsi au Rwanda en Avril 1994

« Muraho ? Ese murajya he ?» (Bonjour, où allez-vous ?). Bien que j`avais compris, je ne répondis pas, ou plutôt, je répliquai, en anglais : «I don`t understand. Could you please speak in English ? ». Il se passa alors un dialogue de sourds. Je le vis alors aller consulter son chef, un militaire, avec un petit groupe. Je les entendis dire entre eux en Kinyarwanda : « Izo ni za Nyenzi zitwinyegezamwo. Ntabwo akomeza turamugumana ».Qui se traduit comme : « Ce sont de ces Inyenzi (Tutsi) qui se dissimulent parmi nous. Nous ne les laisserons pas partir ». C`était terrible.

Par
Andre Nikwigize
on
12.4.2021
Categorie:
La Region

Ce jour du 7avril 1994, je ne l`oublierai jamais. Une barbarie humaine, qui a emporté plus d`un million de personnes en 100 jours, soit 10.000 personnes par jour, avec une communauté internationale silencieuse. C`était un drame inimaginable, et tous ceux qui l`ont connu, sont marqués à jamais. Un génocide que ma famille et moi-même avons échappé de justesse. Puissions-nous espérer que c`est le dernier génocide, non seulement pour le XXème siècle, mais surtout, pour les années à venir, en Afrique et dans le monde ?

Ayant quitté le Burundi pour travailler au Rwanda dans une organisation d`intégration régionale, nul ne pouvait imaginer que le Rwanda allait vivre une telle hécatombe, même si le climat politique et sécuritaire était déjà tendu, surtout, depuis l`attaque du Front Patriotique Rwandais (FPR) du 1er octobre 1990. Lorsque l`avion qui transportait le Président rwandais, Juvénal Habyalimana et le Président burundais, Cyprien Ntaryamira, fut abattu, le 7 avril 1994, je me trouvais, avec ma famille, dans la résidence de fonction à Kacyiru, Kigali. Le lendemain, le 8 avril 1994, c`était la panique générale dans tout le pays. On entendait des tirs et des cris partout, les milices Interahamwe et les forces de l`ordre avaient quadrillé la ville de Kigali, avant de s`étendre sur le reste du pays. Désemparé, je ne savais pas quoi faire. Fuir ? Mais par où ? L`Hôtel Méridien, qui se trouvait à moins de 1 kilomètre de la maison, et auquel nous pensions pouvoir nous rendre pour chercher refuge, était inaccessible, vu que toutes les rues étaient minées et occupées par des miliciens. La Radiotélévision Libre des Milles Collines (RTLM) émettait des messages à l`égard de la population Hutu pour traquer et tuer tous les Tutsi, partout où ils se trouveraient.

 

Appels au Secours

Désespéré et paniqué, je commençai à faire des appels au secours un peu partout. Au niveau des missions diplomatiques, à commencer par la représentation du Burundi, puis des pays occidentaux, la France, la Belgique, et autres, mais en vain. Le Burundi n`avait aucun plan de protection et d`évacuation de ses ressortissants, tandis que les missions occidentales ne pouvaient prendre le risque de protéger des personnes autres que leurs propres ressortissants.

Le 9 avril 1994, les tensions s`accentuaient, de même que les massacres. Des miliciens Interahamwe rodaient régulièrement derrière la clôture de ma résidence. Ils avaient commencé a tuer quelques voisins. Par la grâce de Dieu, un voisin américain, dont les murs étaient mitoyens, ayant été informé des graves menaces dont je faisais l`objet par les milices Interahamwe, et après avoir reçu le feu vert de l`Ambassadeur des USA au Rwanda, accepta de m`héberger avec ma famille pour une nuit.

Comme Dieu arrange bien les choses, durant la nuit, on nous informa que le lendemain matin, le dimanche 10 avril 1994, il était prévu d`organiser une évacuation des ressortissants américains, via Bujumbura, et qu`un accord avait été donné pour que ma famille soit incluse dans celle des américains. C`était le soulagement.

 

La grande traversée

Le lendemain matin, dimanche 10avril 1994, vers 10 heures du matin, deux véhicules blindés furent dépêchés pour nous escorter jusqu`a la Résidence de l`Ambassadeur US, lieu de rassemblement de tout le personnel américain, à 500 mètres de là où nous nous trouvions. On me demanda immédiatement d`aller dans mon garage et récupérer ma voiture.  Je courus et sortit la voiture, dans laquelle j`installa mon épouse et les trois enfants.  Un véhicule blindé devant, un autre derrière, et moi au milieu, direction, la résidence de l`Ambassadeur américain. Sur la rue, des groupes de jeunes Interahamwe, avec des machettes, nous regardaient avec circonspection, en lançant des phrases comme quoi ils regrettaient de n`avoir pas été en mesure de nous tuer.

Arrivés au lieu de rassemblement, nous avons reçu un briefing de la part des militaires de la MINUAR (Mission des Nations Unies d`Assistance au Rwanda) et du personnel de sécurité des USA. Il me fut notamment instruit que, lors des barrages rwandais, nous ne pouvions parler, ni Kinyarwanda, Kirundi, ou même Français. Je devais transmettre le message aux membres de ma famille. Le personnel de sécurité des USA me faisait comprendre le risque que l`ambassade prenait en embarquant des personnes non-américaines dans ce convoi. Nous partîmes en convoi d`au moins 40 véhicules, escorté par la MINUAR et l`Ambassadeur des USA lui-même, en première ligne du convoi, avec un transit dans les enceintes de l`ambassade, où se trouvaient les pompes d`essence, en vue de faire le plein d`essence de nos véhicules, avant le voyage sur Bujumbura.

Arrivés à l`endroit appelé « Ku Muhima », juste à 1 kilomètre du centre-ville, nous tombions sur un barrage des militaires et des Interahamwe, qui arrêtaient les personnes e tfaisaient le tri entre les Hutu et les Tutsi. Le chef de la MINUAR expliqua qu`il s`agissait des américains qui allaient au Burundi. Après plusieurs explications, je vis que le convoi était autorisé à continuer.  Lorsque j`arrivai au niveau de la barrière, on arrêta immédiatement le convoi. Le responsable de la barrière entama une conversation avec moi, en Kinyarwanda : « Muraho ? Ese murajya he ?» (Bonjour, où allez-vous ?). Bien que j`avais compris, je ne répondis pas, ou plutôt, je répliquai, en anglais : «I don`t understand. Could you please speak in English ? ». Il se passa alors un dialogue de sourds. Je le vis alors aller consulter son chef, un militaire, avec un petit groupe. Je les entendis dire entre eux en Kinyarwanda : « Izo ni za Nyenzi zitwinyegezamwo. Ntabwo akomeza turamugumana ».Qui se traduit comme : « Ce sont de ces Inyenzi (Tutsi) qui se dissimulent parmi nous. Nous ne les laisserons pas partir ».

C`était terrible. Les images devant nous étaient insupportables : des Interahamwe avec des machettes dégoulinant de sang, des cadavres dans des véhicules pick-up, des personnes enchainées, des enfants qui criaient. Je transpirais et je voyais la peur sur les visages des enfants. Je leur disais en silence : « Les enfants, il se peut que dans quelques secondes nous soyons tous morts, mais gardez l`espoir, restez calmes, Dieu veille sur nous. Ne dites pas un mot à ces personnes si elles vous posent des questions ».

Comme le convoi était paralysé, à cause des militaires qui voulaient que nous soyons séparés du convoi, le responsable de la MINUAR vint s`enquérir de la situation. Les miliciens lui répliquèrent qu`ils voulaient que moi et ma famille sortions du convoi afin qu`ils me posent quelques questions, et que j`allais les rejoindre après quelques minutes. Il répondit que ce n`était pas possible, qu`ils n`avaient pas le droit de détenir un citoyen américain et le séparer de ses collègues, que le convoi devait poursuivre sa route, avec l`entièreté de l`equipe. Je les entendis discuter entre eux, en disant : « Ese ko avuga ko ari umuny`amerika, hariumuny`amerika yirabura ? ». Pour dire : « Puisqu`il dit qu`il est américain, existe-t-il des américains noirs ? A l`interieur de moi-meme, je ne pouvais pas retenir mon ricanement. Après plusieurs pourparlers, jusqu`à l`intervention de l`Ambassadeur lui-même, nous fumes autorisés à poursuivre notre route. Nous avions frôlé la mort. Une épreuve similaire nous fut soumise sur le pont Nyabarongo, 5 kilomètres plus loin. Encore une intervention des responsables de la MINUAR et le convoi put poursuivre sa traversée.

Fort heureusement, après le pont de la Nyabarongo, les autres localités sur la route Kigali-Butare étaient encore calmes. Nous avons pu continuer la route jusqu`au poste-frontière Akanyaru. Nous avons finalement atteint le territoire burundais. Je dois dire que c`était un miracle. J`appris, par la suite, que, la veille, le 9 avril1994, quelques familles, qui avaient été embarquées, comme nous, dans le convoi des Nations Unies, avaient été retirées du convoi et massacrées.

Arrivés à la frontière avec le Burundi, nous avons tous rendu grâce à Dieu, nous étions sauvés.

Je dois signaler que quelques mois auparavant, en octobre 1993, ma famille et moi avions déjà subi des menaces de mort à la suite de l`assassinat du Président démocratiquement élu au Burundi, Melchior Ndadaye, lesquelles menaces nous ont obligés à nous réfugier dans un hôtel de Kigali pour quelques jours, en attendant l`accalmie.

Ce génocide contre les Tutsi au Rwanda en 1994, perpétré par la barbarie humaine, nous a marqué à jamais, ma famille et moi-même, mais beaucoup plus les Rwandais, dont 1 million de personnes ont péri dans les massacres en 100 jours.

IL FAUT QUE LE « PLUS JAMAISCELA » SOIT UNE REALITE. AU RWANDA, MAIS AUSSI, AILLEURS DANS LE MONDE.

Tags:
Pas de Tags